NON RESPECT DES ACCORDS, POLITISATION, ABRIS PROVISOIRES…Déthié Fall fait la leçon à Mamadou Talla

Ne ratez pas!

Le ministre de l’Education nationale a défendu samedi, à l’Assemblée nationale, le budget 2022 de son département, adopté et arrêté à la somme de 635, 927 milliards Un passage devant les députés, que Déthié Fall a mis à profit, pour brocarder Mamadou Talla et le gouvernement, responsables, pour lui, de la situation peu enviable du système éducatif sénégalais qui souffre, dit-il, de l’amateurisme, de l’incompétente et du manque de respect des accords signés avec les syndicats d’enseignants.

Le député Déthié Fall n’a pas fait de cadeau au gouvernement et particulièrement au ministre Mamadou Talla, venu défendre le budget de son ministère de l’Education nationale, samedi dernier.  ‘’Le système éducatif, je l’avais dit, et ça n’a pas changé, souffre de l’amateurisme, de l’incompétente et du manque de respect des accords signés avec les syndicats d’enseignants’’, cogne-t-il d’emblée. Selon le leader du Parti républicain pour le progrès (PRP), le plus cocasse dans tout cela, est que l’Etat ne fait aucun effort pour respecter ses engagements pris et signés avec les syndicats d’enseignants ‘’Les accords de 2014 sont là ; les accords de 2018 sont là…Les syndicats d’enseignants ont annoncé un plan d’actions prévues le 08 et le 09 décembre du fait d’un manque de respect des accords signés avec les syndicats d’enseignants’’. Poursuivant, l’ex-dauphin de Rewmi passé entre temps opposant, dénonce le système de rémunération des agents de l’Etat qui fait des enseignants des parents pauvres du secteur. ‘’Les syndicats d’enseignants demandent que le système de rémunération dont vous aviez convenu et qui est dans le rapport du cabinet MPG, soit respecté, pour que cette disparité qui existe entre les agents de l’Etat soit aujourd’hui dépassé. Parce qu’on ne peut pas comprendre qu’ils soient là, à souffrir dans les classes, alors qu’on ne leur donne pas la considération qu’il faut’’, fulmine le parlementaire. Soulignant aussi que les syndicats d’enseignant se plaignent de la situation avec les prêts Dmc. ‘’Les prêts Dmc, ça revient tout le temps. Vous n’appliquez pas les dispositions qui sont là depuis les socialistes. Pour quelle raison ? Or, tout le monde sait dans quelles conditions ils travaillent. Tout le monde sait le manque de moyen auquel ils sont confrontés. Pourquoi vous voulez les asphyxier’’, déplore Déthié Fall. Qui, à propos des actes d’avancement, dénonce les lenteurs administratives. ‘’Malgré les énormes sacrifices qu’ils consentent pour former et éduquer les enfants de la nation, il est difficilement imaginable de comprendre que des enseignants restent plus de 07 ans voire 08 ans sans avancement. Quelconque autre agent de l’Etat à qui on faisait ça, allait poser le problème. Et, à chaque fois qu’ils doivent recevoir leur rappel, ce dernier est surimposé. Une asphyxie permanente que l’Etat fait subir à ces enseignants, vaillants soldats du savoir et de la vertu’’, soutient-il.

‘’Vous avez recruté 5000 enseignants que vous avez injecté dans le système. Ils sont en train de souffrir et vous savez bien de quoi je parle’’.

Revenant sur le recrutement récent d’enseignants, le député de l’opposition a décelé une politisation. ‘’Il y a la politisation du recrutement des 5000 enseignants dernièrement. Après les évènements de mars, vous avez pris peur ; la panique vous a gagné. Vous avez recruté 5000 enseignants que vous avez injecté dans le système. Ils sont en train de souffrir et vous savez bien de quoi je parle. Ces derniers souffrent énormément pour ne pas avoir perçu leur dû. Nous demandons à l’Etat de procéder à leurs paiements ou même en format forfaitaire pour qu’ils puissent se prendre en charge et satisfaire leurs besoins primaires’’, peste Déthié Fall. Et de poser également la question du retour de stage, avec des gens qui doivent passer à un grade supérieur. ‘’Mais il y a toujours des lenteurs à ce niveau-là’’, fustige-t-il. Tout comme il a plaidé pour que le lycée d’excellence Mariama Bâ de Gorée soit hissé aux mêmes standards que le lycée technique de Diourbel et des autres lycées d’excellence. Par ailleurs, il fustige le fait qu’au niveau de l’école élémentaire, 26% des 775.986 tables bancs sont en état défectueux et les 07,6% des salles de classe des abris provisoires. En conclusion, face aux députés de la majorité qui n’ont cessé de le chahuter pendant sa prise de parole, l’opposant d’asséner : ‘’sifflez, parlez…, mais les défis qui nous interpellent dépassent ce qui se dit ici. Nos défis sont au-delà des simples calculs politiciens. Dites au président de la République Macky Sall qu’il ait la sagesse et le leadership nécessaire pour s’élever au niveau de la prise de conscience des défis de l’heure qui l’attendent et d’arrêter cette politisation à outrance de notre éducation’’, soutient-il. Soulignant dans la foulée que la politique ne peut pas entrer dans nos écoles et ne peut pas régler les abris provisoires et la qualité des tables bancs. ‘’Pendant que le monde est en mutation, nous devons tout faire pour positionner notre pays, mais cela ne pourra pas se faire, si nous n’avons pas une éducation de qualité. Avoir une éducation de qualité pour permettre à nos jeunes de constituer ce véritable avenir qu’on attend d’eux’’, déclare-t-il.

L’info

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous