CONTRIBUTION: les élections territoriales du 23 Janvier 2022, un faux départ…

Ne ratez pas!

Des forteresses à prendre, des bastions à perdre, des villes-symboles à tomber, des communes et des départements à enlever ou à conserver. Tels seront les cas de figure des élections territoriales du 23 Janvier 2022.


La commune et le département, les deux poumons de la respiration normale des collectivités territoriales, demeurent véritablement les bases de la démocratie, de la participation citoyenne et du développement local.
C’est si vrai que lesdites élections sont en train de créer un engouement politique, un enthousiasme inquiétant et un emballement dangereux, même dans les bourgades les plus reculées. Mettant ainsi en première ligne, plusieurs entrepreneurs, leaders d’opinions, jeunes et femmes, des acteurs de la société civile, coalitions politiques e mouvements citoyens, entre autres.


Cette dynamique est salutaire pour la valorisation des collectivités territoriales qui passe par une démocratie locale solide, une matérialisation de la participation citoyenne et un débat structuré autour les réalités du terroir.


Toutefois, l’enjeu et le jeu des élections territoriales sont en train d’être vidés de leur sens. Ainsi la démocratie à la base est tramée par le manque de confiance entre les acteurs, par la non-acceptation de la différence marquée par des violences physiques, verbales, psychologique, par la non appropriation du processus électoral au niveau des coalitions et de l’administration et par l’absence de cadre de concertation des parties prenantes pour dépasser les incompréhensions et blocages.


La participation citoyenne est confisquée à la base par le dicta des leaders et partis au niveau national, par la pratique des coups bas dans la confection et le dépôt des listes, par des alliances illogiques électoralistes et par l’achat des consciences.


Le développement local est mis aux archives par la promotion des débats de personnes et de partis à la place des discussions sur les réalités des terroirs, par la création d’enjeux nationaux aux élections territoriales et par la faiblesse de la société civile et la presse d’imposer des échanges sur les bilans et les programmes de chaque candidat.


Ainsi nous allons vers le choix des conseillers locaux illégitimes, « illicites », des citoyens abusés et un développement déconnecté des réalités du terroir.


Si nous voulons une valorisation de nos collectivités territoriales, il est temps que tous les acteurs se ressaisissent et surtout les organisateurs directs des élections à savoir le Ministère de l’intérieur, la CENA, les cours d’appels et les autorités administratives territoriales garants de la neutralité et de la continuité de l’Etat. A cela il faut que la presse, la société civile, les leaders d’opinions religieux, coutumières et les candidats se battent pour que les débats soient centralisés sur les programmes.


Pour terminer, le vote des citoyens doit être protégé, ressortir fidèlement dans les urnes et respecté afin d’élire des dirigeants crédibles et légitimes qui travaillent pour la concorde territoriale au tour d’un programme et des priorités mobilisant tous les acteurs.


Aboubacar Camara
Juriste Consultant
Manager General de Carrefour Coaching
Membre du Forum Civil /bacamaram@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous