mercredi, décembre 1, 2021

L’économie de la Chine « va mal »: quelles conséquences pour les Belges ?

Ne ratez pas!

Dans sa chronique éco ce vendredi matin sur Bel RTL, Bruno Wattenbergh a évoqué la situation économique de la Chine.

Comment va la Chine ?

« Et bien, elle ne va pas très bien. L’économie chinoise stagne face à une myriade de problèmes. Et en Chine, quand l’économie va mal, c’est le risque de voir se développer certaines tensions sociales. Des tensions que seules une forte croissance peut apaiser. »

Quels sont ces problèmes ?

« D’abord, la tolérance zéro vis-à-vis du variant delta qui a vu le gouvernement réimposer de lourdes restrictions d’activités. Celles-ci engendrent toujours des goulots d’étranglement dans la chaîne d’approvisionnement. Vous ajoutez à cela des inondations et même des pénuries d’électricité. »

Et puis, il y a eu le scandale Evergrande, ce géant de l’immobilier qui a défrayé la chronique ces derniers jours ?

« Exactement. L’immobilier et la construction, deux piliers de l’économie chinoise qui pèsent un quart de l’économie chinoise, ont reculé. Evergrande, le leader chinois de ce secteur, a en effet reconnu ces dernières semaines qu’il était au bord de la faillite. Incapable de faire face à une dette publique égale à la dette publique du Portugal. Nous sommes en Chine et tout est démesuré, la dette des grandes entreprises. Et cela ne risque pas de s’arranger dans ces deux secteurs car suite à ce scandale Evergrande, les autorisés chinoises ont durci leurs réglementations sur l’endettement de ces entreprises. Si Evergrande tombe, c’est une véritable bulle qui pourrait exploser. Dans le secteur de la construction et de l’immobilier, mais aussi par effet d’entrainement dans d’autres secteurs. »

Quand sera-t-on fixé sur la chute ou pas de ce géant d’Evergrande ?

« Et bien, à peine de retour en bourse, Evergrande a chuté de plus de 12% après avoir échoué à vendre une de ses filiales. Et le groupe doit rembourser une dette de près de 100 millions de $ demain. Ce sera un test pour les autorités chinoises. Bref, tout cela a entraîné un ralentissement généralisé des investissements, de la production industrielle et même des ventes au détail. »

Vous nous parlez de la crise chinoise, mais cela reste loin de chez nous … quels pourraient être les conséquences de cette crise lointaine sur les citoyens belges ?

« La Chine a eu une croissance tout à fait hors-norme depuis bientôt près de 40 ans. Et cette croissance chinoise a soutenu et tiré le commerce international et donc la croissance mondiale. Bref, tout le monde a profité directement ou indirectement en Europe et en Belgique de cette croissance. Nous pourrions donc voire notre reprise économique freinée par la croissance de la Chine et la croissance mondiale. Mais, en même temps, cette croissance chinoise tire le prix de l’énergie et des matières premières vers le haut. Tout comme d’ailleurs la pollution. Bref, ce qui va se passer dans les prochains mois en Chine nous impactera. C’est une certitude. Mais de manière contrastée. Et il est encore difficile d’en saisir la portée. Nous en reparlerons certainement. »

Articles récents

Notre sélection pour vous