mardi, octobre 19, 2021

Après une brève interruption, le volcan recrache des cendres

Ne ratez pas!

(Belga) Le volcan Cumbre Vieja, entré en éruption il y a huit jours sur l’île espagnole de La Palma, a recommencé à cracher des cendres lundi à la mi-journée après quelques heures de calme tandis que les habitants de plusieurs quartiers étaient confinés en raison des craintes d’émanation de gaz toxiques que pourrait provoquer l’arrivée des coulées dans la mer.

Postant sur Twitter deux photos d’un haut panache de fumée noire s’élevant au-dessus du cratère accompagnées de la légende « images des émissions de cendres constatées ces dernières heures », l’Institut volcanologique des Canaries (Involcan), archipel dont fait partie La Palma, a confirmé à l’AFP que le volcan crachait à nouveau « des cendres pour le moment ». Dans la matinée, le volcan avait arrêté durant quelques heures de cracher lave, cendres et fumée, et le ciel était étonnamment dégagé au-dessus de l’île. Le volcan connaît « depuis quelque temps une alternance de jets d’expulsion (de lave et de matière volcanique) et de pauses », a expliqué à l’AFP David Calvo, d’Involcan. Malgré la reprise de l’écoulement de la lave, il a toutefois confirmé globalement une « diminution de l’activité par rapport aux jours précédents ». Un constat établi également par l’Institut des Géosciences de Madrid qui a évoqué une activité du volcan « sensiblement réduite ces dernières heures » en publiant un graphique montrant une courbe rouge descendant brutalement. Mais « il faut rester très attentif à son évolution car le scénario peut changer très rapidement », a ajouté cet institut. Les habitants de plusieurs quartiers d’une commune de l’île ont par ailleurs été confinés en raison des craintes d’émanation de gaz toxiques que pourrait provoquer l’arrivée dans la mer de la lave. Les autorités ont « ordonné le confinement (des quartiers) de San Borondon, Marina Alta, Marina Baja et La Condesa » à Tazacorte, « la lave étant susceptible d’atteindre la mer dans les prochaines heures » au niveau de cette commune et d’entraîner l’émanation de « gaz nocifs pour la santé », ont indiqué sur Twitter les services d’urgence des Canaries. La rencontre entre la lave et la mer, prévue initialement en début de semaine dernière et retardée en raison du ralentissement des coulées, est redoutée en raison de l’émission de gaz toxiques qu’elle pourrait provoquer sur cette île de 85.000 habitants. Dimanche soir, la lave se situait à 1,6 km de la côte et avançait à une vitesse d’environ 100 m/heure, selon les autorités. A l’aéroport de La Palma, à l’arrêt samedi en raison d’une accumulation de cendres, plusieurs vols ont été annulés lundi matin mais le trafic était en passe de redémarrer, la compagnie aérienne Binter, basée aux Canaries, ayant annoncé sur Twitter qu’elle reprendrait ses vols à partir de 13h (12H00 GMT). Cette éruption n’a pas fait à ce stade de victime, mais a provoqué d’énormes dégâts et a entraîné l’évacuation de plus de 6.000 personnes dont certaines ont vu leur domicile entièrement englouti. Près de 500 bâtiments ont été détruits par la lave qui recouvre plus de 212 hectares, dont de nombreuses plantations de bananes, selon les données du système européen de mesures géospatiales Copernicus. Les deux précédentes éruptions à La Palma ont eu lieu en 1971 et 1949. Elles ont fait au total trois morts, dont deux par inhalation de gaz. (Belga)

Articles récents

Notre sélection pour vous