lundi, septembre 20, 2021

Le numérique, moteur de transformations politiques au Sénégal (par Ghansou Diambang)

Ne ratez pas!

Les joutes électorales de 2022 se feront  sur fond d’alliances et de contre alliances.  A 5 mois de cette  compétition qui déterminera les futurs responsables des collectivités territoriales, les partis politiques cherchent déjà à nouer des partenariats,  certains pour faire bloc comme c’est le cas de  yéwi  askanwi  tandis que d’autres à l’image du parti démocratique sénégalais préfèrent faire cavalier seul, le tout pour abattre la machine infernale APR au pouvoir depuis 2012.

Au-delà de cette forêt d’apparences  qui cachent le jeu politique actuel, nous prétendons à travers cet article vous inviter à réfléchir sur une autre facette  de notre paysage politique ; il s’agit de l’engagement des jeunes et des femmes désormais résolus à briguer les postes de magistratures au niveau local, mais aussi  du poids de leur représentation  sur  les décisions et sur les résultats à venir. Comment expliquer et analyser ce regain d’engagement ?

En réalité, et cela relève d’un constat,  l’évolution du taux de pénétration du champ politique par les jeunes est sans précédent dans notre pays accentué par le progrès de la technologie et du mobile avec la conception  de groupes watsap, de pages (face book, linkdin)  créés  aujourd’hui pour l’organisation de  réunions en ligne  ou  de  toutes  autres  formes d’activités  de coordinations  des bureaux politiques  regroupant autour des plates formes numériques et virtuelles autochtones et acteurs de la  diaspora. Avec cet environnement, les formations politiques doivent s’adapter quand bien même elles sont sur cette voix.

Le télétravail domine la communication de masse, renforce la toile des liens politiques quand des personnes séparées par des milliers de kilomètres partagent idéologiquement les mêmes principes, les mêmes visions,  les mêmes perceptions et  adhèrent aux mêmes valeurs autour de leaders qu’ils n’ont parfois jamais vu physiquement.

En effet, plus actifs dans l’utilisation des technologies de l’information et du numérique, grâce à une couverture  assez satisfaisante  du territoire en réseau téléphonique, les jeunes et les femmes trouvent dans ce nouveau médium une opportunité inédite pour exprimer leur talent,  imposer leur leadership  et assurer leur visibilité dans la politique.

Ainsi, le numérique apparait comme une nouvelle école d’apprentissage de la politique, un moyen de sceller des réseaux de sociabilités politiques plus forts,  affirmés, de mettre en place des stratégies de conquêtes  électorales avec les forums de discussions en ligne animés par des groupes avoisinant parfois plus de cent (100) participants autour de thématiques d’actualité politique.

Malgré le fort taux d’abstention constaté ces dernières années  à cause notamment du manque d’attractivité du jeu politique, le numérique s’impose, les jeunes et les femmes se positionnent.

Ghansou Diambang

Sociologue et travailleur social  de formation/Kolda

77 392 86 58/ 76 847 75 99/ Email : gdiambang@yahoo.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Notre sélection pour vous