Alexander De Croo réagit après les explosions près de l’aéroport de Kaboul: « C’est ce qu’on craignait »

Ne ratez pas!

Deux explosions se sont produites jeudi devant l’aéroport de Kaboul, tuant au moins 6 personnes et blessant des dizaines d’autres, notamment parmi les milliers d’Afghans qui s’y massent depuis des jours dans l’espoir d’être évacués du pays tombé aux mains des talibans.

Dans le RTL INFO 19H, le Premier ministre Alexander De Croo a commenté ce tragique événement. « C’est ce qu’on craignait. J’aime avoir raison mais avec un sujet comme celui-ci, on regrette toujours qu’une explosion ait eu lieu. On n’a pas encore beaucoup de détails, mais on avait reçu hier des indications que c’était possible qu’un attentat pouvait avoir lieu. On avait dit aux Belges sur place que la situation au niveau de la sécurité à l’aéroport se dégrade. Sur cette base, on a décidé d’arrêter les vols d’évacuation. »

Alexander De Croo est aussi revenu sur l’opération belge qui aura duré plus d’une semaine. Peut-on parler de succès? « C’est difficile de juger. Peut-on dire que tout s’est parfaitement passé ? Non puisqu’il y a encore des gens sur place qu’on n’a pas pu aider. D’un autre côté, on a pu transporter plus de 1400 personnes avec des vols de Kaboul vers Islamabad. Beaucoup de Belges mais aussi des personnes d’autres pays. Maintenant, tout le travail consistera à accueillir des personnes en Belgique et faire les bons checks. D’un point de vue général, la dégradation de la situation en Afghanistan est un échec au niveau international après 20 ans d’investissements dans ce pays. »

La Belgique était-elle suffisamment préparée pour ces évacuations depuis l’aéroport de Kaboul? Un pays comme le nôtre est-il outillé pour faire face à ce type de situation? « Je pense qu’on a montré qu’on l’est. On est parvenu à jouer notre rôle pour les Belges. C’est normal, c’est notre rôle humanitaire d’aider des gens dans une situation difficile. On l’a fait aussi pour plein d’autres pays avec beaucoup de remerciements. La leçon à tirer est que dans le futur, ça serait plus facile d’avoir une organisation européenne. Il est clair que ce genre d’évacuations massives doivent être mieux coordonnées. »

Articles récents

Notre sélection pour vous