PRÉSIDENTIELLE EN IRAN – Présidentielle en Iran: l’ultraconservateur Raïssi de nouveau candidat

0

(Belga) Le chef de l’Autorité judiciaire iranienne, l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi, candidat malheureux en 2017, a annoncé samedi qu’il se présentait à la présidentielle de juin dans un communiqué repris par les agences iraniennes.

Agé de 60 ans, cet hodjatoleslam (rang du clergé chiite inférieur à ayatollah) a longtemps entretenu le doute sur ses intentions. Il a annoncé qu’il se jetait dans la bataille au dernier jour de la période d’enregistrement des candidatures peu après que le conservateur modéré, Ali Larijani, ancien président du Parlement, eut déposé la sienne au ministère de l’Intérieur, où M. Raïssi doit désormais se rendre dans la journée. Dans son communiqué, M. Raïssi indique que la « lutte incessante contre la pauvreté et la corruption, les humiliations et les discriminations », thèmes qu’il avait mis en avant en 2017, seront au coeur de son action s’il est élu.  Au cours des derniers mois, les deux principales coalitions de partis politiques conservateurs et ultras ont annoncé qu’elles soutiendraient M. Raïssi s’il se présentait de nouveau à l’élection. Plusieurs candidats conservateurs de premier plan, comme le président du Parlement Mohammad Bagher Ghalibaf, ont semblé renoncer à se présenter au fur et à mesure qu’il devenait plus clair pour eux que M. Raïssi avait l’intention d’entrer en lice.  Lors de la présidentielle de 2017, M. Raïssi avait obtenu plus de 38% des voix, pas assez pour empêcher la réélection, dès le premier tour, du président sortant, Hassan Rohani, tête d’affiche du courant dit modéré et à qui la Constitution interdit de briguer un troisième mandat consécutif. Visant en tout premier lieu l’électorat populaire et défavorisé auquel il avait promis une hausse des aides directes, M. Raïssi s’était présenté comme le « défenseur des pauvres ». (Belga)