Sauvegarde des valeurs patriotiques / Plusieurs fronts pour un combat commun : La restauration des acquis démocratiques ne devient-elle pas utopique?

0
L’affaire Ousmane Sonko et Adji Sarr a constitué un effet déclencheur de plusieurs entreprises politiques qui ont été entamées par une bonne partie de l’opposition sénégalaise. Elle a poussé la classe politique ainsi que certains membres de la société civile à « renaître de leurs cendres. » Même si le pays a longtemps été sous un climat assez tendu avec les effets de la crise sanitaire, les restrictions ont durement fait souffrir les sénégalais. 

Cette vague de contestation d’une rare violence qui a secoué le Sénégal après l’arrestation de Ousmane Sonko, a vu des manifestations éclater dès le mercredi 3 mars pour réclamer la libération du leader du parti des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef). Et très vite, la mobilisation s’est nourrie de revendications économiques et sociales. D’ailleurs, la demande de restauration des valeurs et principes démocratiques devient plus pressante.
Ainsi, Thierno Alassane Sall lors de son passage à Dakaractu dans l’Entretien, a rappelé que « les acquis et principes démocratiques, doivent faire l’objet de consensus forts ». 

Il faut rappeler qu’en ce moment, le camp du congrès pour la renaissance démocratique ne semble pas avoir les mêmes options de lutte que le mouvement pour la défense de la démocratie (M2D), même  si cette dernière polarise la plus grande partie de l’opposition. En effet, il a été noté une certaine retenue des membres du Congrès de la renaissance démoctratique sur les activités menées par le M2D depuis le début de leur lutte. 
Déjà, deux mouvements  pour défendre ce qui est considéré aujourd’hui comme une absence manifeste d’une démocratie, des valeurs républicaines  comme l’a souligné le compagnon du leader de Taxawu Dakar, Barthélémy Dias qui affirmait « qu’il s’agit d’un seul combat, celui de restaurer la démocratie, les valeurs et les principes au Sénégal » .

Le constat est que plusieurs entités (partis politiques comme mouvements citoyens) semblent toujours se chercher autour d’un idéal commun visant à se débarrasser de cette politique restrictive de toute démocratie, de l’acharnement sur de potentiels opposants présidentiables, et d’une mal gouvernance. En effet, c’est cette image imposée par le régime Sall que ces membres de l’opposition et de la société civile veulent combattre à tous les niveaux. L’intelligence, le pragmatisme et la méthode doivent être de mise pour que cette lutte  soit bien menée. Toutefois, cette multitude de fronts peut-elle aboutir à des résultats probants si l’on considère la marche de tous ces mouvements et fronts de lutte pour la restauration de la démocratie? Ne serait-il pas permis de se demander si tous ces mouvements et entités ont une même conception de la démocratie?  Pour tendre facilement vers des résultats, ne faut-il pas mettre en place une grande plateforme commune avec un objectif commun ?

DakarActu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here