Fin juillet 2007, un ami cher m’a invité à voir Jim Page, l’activiste politique-auteur-compositeur basé à Seattle, au minuscule club Green Note de Camden Town à Londres. Le spectacle de Jim était merveilleux; tour à tour provocateur et spirituel. Mémorable, non seulement pour la musique et la communication brûlante avec le public, mais aussi parce que trois des 60 spectateurs puissants ont fait irruption pour protester contre ses paroles pro-palestiniennes et anti-impérialistes.

A 23h, pluie battante, j’ai couru pour prendre le train (ceux de Londres finissent très tôt). En montant les escaliers raides de la gare, je fus stoppé sur mon chemin par un cri aigu. Alarmé, je me suis retourné. Une jeune femme (appelons-la Fatime) a trébuché et est tombée violemment. Après l’avoir aidée à se relever et veillé à ce que rien ne soit cassé, nous nous sommes dirigés vers la plate-forme où une mousson était à présent en plein débit.

Une conversation a commencé et très vite elle s’est tournée vers des musiciens que nous admirions tous les deux. Sous la pluie battante dans le train, nous avons comparé nos artistes préférés. Fatime aimait Salif Keita – je venais de le voir à Londres, j’ai vérifié le nom d’Ali Farka Touré – elle l’avait vu à Paris. Elle était du Mali. « C’est mon arrêt » – mais pas le sien. Nous avons dit nos « Au Revoir ».

Je suis descendu plus d’escaliers et suis retourné dans cette tempête d’été. Juste à ce moment, j’ai senti une main sur mon épaule. J’ai sauté! « Bon sang, j’ai un billet »! Au lieu d’un uniforme, je me suis retourné pour trouver un homme imposant, souriant, avec un accent français. Il disait: « Excusez-moi, je m’excuse, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’écouter. Tu connais notre musique ». J’étais maintenant intéressé et je me suis arrêté. « Je suis un chanteur », a-t-il poursuivi, «et j’aimerais que vous veniez à * mon * concert ». Voilà! un flyer (A5 plié et humide, photocopié, portant la légende « Abdou Diop (+ amis) Green Note, Camden Town 3 août) était désormais entre mes mains. Le Green Note! Et que diriez-vous de ça? Je me fichais de savoir à quel point j’étais mouillé maintenant – alors nous sommes allés prendre un verre dans un bar que je connaissais et nous sommes devenus encore plus humides.

Une semaine plus tard, j’ai été présenté à l’un de mes héros musicaux absolus, Toumani Diabate, à l’extérieur de ce bar Green Note, par mon nouvel ami Abdou Diop. Minuit, les portes étaient verrouillées, une musique miraculeuse s’ensuivit – l’énergie extraordinaire d’Abdou conduisant tout devant lui, toujours plus loin, jusque dans les premières heures.

Quelques jours après, au cours d’un dîner chez moi, il m’a fait part de ses plans pour faire son prochain album. Il lui fallait un titre, quelque chose qui suggérait un potentiel, une énergie protéiforme, véhiculant la rencontre de la musique noire et blanche, unis pour former un torrent imparable. « Tu sais, comme cette pluie folle dans le train. Oui? Tu te souviens?’.

Je me suis souvenu. J’ai écrit sur un post-it et je le lui ai remis. Il a souri.

10h30, un matin, j’ai ouvert un texte d’un numéro inconnu: « Merci. Un très joli nom pour mon album. « De puissantes rivières montent ». Que Dieu te bénisse. Abdou ».

Même club, même train, même musique…. Que son voyage ne se termine jamais.

Malheureusement, c’est juste le cas, hélas!

RIP Abdou

Par Phil Vellender,
Londres, Angleterre

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here