Babacar Diop des FDS : le temps « est venu pour résister et affronter le régime de Macky Sall »

0

Après les arrestations de Guy Marius Sagna, de Clédor Sène et d’Assane Diouf, le coordinateur des Forces démocratiques sénégalaises (FDS) a fait face à la presse pour tirer à boulets rouges sur le régime de Macky Sall.

Selon Babacar Diop, ces nombreuses arrestations ne devraient pas surprendre puisque, « depuis son accession à la magistrature suprême en 2012, Macky Sall est habité par le sentiment quasi obsessionnel de brimer dans le sang et les larmes, les droits constitutionnels des opposants, de vicier le processus électoral pour conserver le pouvoir, de restreindre les libertés publiques en utilisant les institutions de la République ». Pour celui qui a investi le candidat Idrissa SECK à la dernière présidentielle, « toutes ces pratiques ont pour finalité d’éliminer les voix dissidentes et les critiques contre sa gouvernance calamiteuse et autoritaire ».

Poursuivant, le coordinateur des FDS salue la solidarité des Sénégalais envers Ousmane Sonko et les interpelle à continuer à résister pour redorer le blason de la démocratie. « Les Sénégalais ont compris que les enjeux de la solidarité envers Ousmane Sonko, vont bien au-delà de l’urgence de préserver le destin politique du leader de PASTEF, qui est à nouveau victime d’un câble ignominieuse visant à l’éliminer politiquement et moralement », soutient-il.  A l’en croire, « il faut résister pour restaurer la démocratie qui vient de recevoir un nouveau coup de massue et surtout l’éthique républicaine a été piétinée de manière répétitive par ceux qui détiennent un pouvoir qui ne se fixe aucune limite dans la malfaisance».

Enfonçant le clou, Babacar Diop estime que les Institutions qui auraient dû équilibrer les pouvoirs sont aujourd’hui « devenues des instruments au service d’un individu et de ses fantasmes les plus obscures ». Pour lui, l’Assemblée nationale souffrait déjà d’une carence de crédibilité mais avec cette présente législature, elle a touché le fond. « Le parlement sénégalais, installé en 2012, est très tôt embaumé et a perdu toute crédibilité. Il a cessé de représenter la nation sénégalaise. Les députés ont refusé d’être la voix du peuple pour devenir celle d’un homme. De même le pouvoir judiciaire, qui est censé appliquer la loi et jouer le rôle de contrepoids à certaines décisions liberticides de l’Exécutif est désormais empêtré dans la corruption et la compromission », fustige le responsable moral des FDS qui estime que  le temps « est venu pour résister et affronter le régime de Macky Sall ».

walf-groupe.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here