mardi, août 3, 2021

La bataille des avocats de Sonko à la Une

Ne ratez pas!
L’affaire Ousmane Sonko, cité dans une affaire de mœurs, est au menu des quotidiens qui mettent en exergue, entre autres, la lettre des avocats de l’opposant au procureur de la République et la procédure de levée de son immunité parlementaire.
’’Selon les avocats de Ousmane Sonko, le procureur de la République Serigne Bassirou Guèye est en flagrant délit de contradictions’’, souligne Lii quotidien.
’’Aucun détail de la procédure ne semble pouvoir passer entre les mailles de leurs filets (….) Pour les avocats, le procureur a +visé une personne non identifiée (X) dans un réquisitoire introductif (…)’’, souligne Lii quotidien, ajoutant que ‘’l’autre point sur lequel les avocats de l’opposant à Macky Sall ont interpellé le procureur, c’est bien entendu le cas d’un avocat et d’un médecin, qui disent-ils, +ont été cités+ dans la procédure judicaire’’.
Le journal Tribune aussi relève que ‘’dans une lettre adressée à Serigne Bassirou Guèye, procureur de la République, les avocats d’Ousmane Sonko font des révélations surprenantes pour prouver des coïncidences troublantes’’.
Selon Libération, ‘’les avocats de Sonko accablent le parquet’’’. Dans leur lettre adressée au maître des poursuites, ils relèvent qu’’’un avocat et un médescin, entre autres, ont été cités dans une procédure judiciaire qui visiblement laisse entrevoir un complot ourdi contre un député, membre de l’Assemblée nationale (…)’’.
Pour L’Observateur, ‘’la défense du leader de Pastef/Les patriotes, Ousmane Sonko, accuse le procureur de la République (…..) de s’acharner contre leur client. (….), les avocats dénoncent +les violations flagrantes+ de la loi pour la levée de l’immunité parlementaire du député cité dans une affaire de mœurs’’.
Au sujet de la levée de l’immunité parlementaire de Sonko, Source A revient sur la réunion consacrée à la désignation des membres de la commission ad hoc chargée d’entendre le député et souligne que ‘’ce fut chaud (…)’’.
‘’Le moins que l’on puisse dire est que le choix des membres de la commission ad hoc n’a pas été un fleuve tranquille. Pour cause, on a eu droit à une véritable mutinerie digne du nom dirigée par la députée Aïda Mbodj qui dés l’ouverture de la rencontre a opposé son véto à toute idée de continuer la procédure déclenchée contre le leader de Pastef’’, écrit le journal.
Le Quotidien souligne que les membres de la commission ad hoc chargés d’entendre Sonko sont connus. Mais l’opposition ‘’s’interroge sur l’opportunité de lever l’immunité parlementaire du leader de Pastef alors que le réquisitoire introductif du procureur parle d’une plainte contre X’’.
La justice est ‘’sur la sellette’’ dans cette affaire, estime Enquête qui écrit : ‘’A la majorité (présidentielle) qui invoque un litige entre particuliers et s’en remet au verdict des tribunaux, le camp d’Ousmane Sonko oppose un complot politique et semble plus se fier au jugement de l’opinion (…) Certains spécialistes estiment que tout ceci est la résultante d’une crise profonde entre la justice et une bonne partie des justiciables’’.
Sud Quotidien questionne le traitement médiatique de cette affaire et d’autres dossiers dits ‘’sensibles’’ ou ‘’brûlants’’. ‘’L’affaire Ousmane Sonko (…) remet sur la table l’ampleur du sensationnel, la propagande/manipulation, le parti pris dans le traitement médiatique de dossiers brûlants d’actualité’’, dit le journal.
Vox Populi rapporte que El Hadj Malick Gackou ‘’prend fait et cause pour Sonko’’. Sa formation politique, le Grand parti ‘’demande à ses députés de voter contre la levée de l’immunité parlementaire du leader de Pastef’’.
L’As revient sur une note tragique de l’histoire politique du Sénégal, le 16 février 1994, ‘’le jour où 6 policiers ont été exécutés’’. ‘’Le 16 février 1994, la tension politique qui régnait dans le pays, ponctuée par une crise économique sans précédent, a atteint son comble avec l’affaire des 6 policiers froidement tués sur les Allées du centenaire, aujourd’hui, Boulevard Général de Gaulle, à Dakar’’, rappelle le journal.
’’C’était lors d’un meeting organisé par Me Abdoulaye Wade, alors leader de l’opposition radicale. Vingt (27) ans après le drame, aucune indemnisation n’a été versée aux familles des victimes qui sont toujours oubliées’’, ajoute la publication.
APS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles récents

Afghanistan: l’attaque à Kaboul est terminée, tous les assaillants tués

(Belga) L'attaque survenue mardi soir à Kaboul, impliquant un véhicule piégé et des assaillants à pied, près du domicile...

Notre sélection pour vous