Rewmi : de la nécessité de briefer l’opposant Déthié FALL

0

Le 27 novembre 2020, lors du vote du projet de budget du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, le vice-président Rewmi s’est fait particulièrement remarqué. Face au ministre Moussa Baldé, Déthié FALL avait toujours son boubou d’opposant.

Malgré les arguments avancés par le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural lors du premier face-à-face entre certains ministres du gouvernement avec la presse nationale et internationale, certains députés restent toujours sur leur faim concernant les questions qui ont trait à l’autosuffisance alimentaire, le prix du kilogramme d’arachide, l’importation du riz etc. Vous avez une partie de la solution entre vos mains. Mais cela nécessite  que  la  vision  de  votre régime quitte Diamniadio pour rejoindre la Vallée du fleuve Sénégal, les terres de l’Anambé, les 150mille  hectares  qui  peuvent  être également utilisés», martèle Déthié FALL , député du parti Rewmi. Pour le poulain d’Idrissa Seck les10 dernières années, à part 2020, la facture céréalière tourne entre200  et  300  milliards  de  F  CFA concernant les importations. Pour lui, si on traduisait cela en chiffres d’affaires, on peut réserver les 30à 40 % comme masse salariale. Et si  argumente-t-il,  on  prend  un jeune et on lui alloue 3 millions de F Cfa de salaire annuel l’équivalent de 250 mille F CFA par mois on aurait aujourd’hui, sorti 30 mille Sénégalais du chômage. Il  regrette  le  fait  que  le  pays compte toujours sur des importations pour les denrées de première nécessité notamment le blé et le maïs. Selon Déthié FALL le niveau de la contribution dans le Pib au niveau du secteur primaire de 2010était à 16 %, en 2019, 15 % là où les services sont encore à 50 %.Alors que le gouvernement est là encore à gérer des intrants et de distributions de terres entre députés, entre riches et gouvernants au moment où le paysan qui a besoin d’intrants ne voit rien. «Cette responsabilité est entre les mains président  Macky  SALL.  Le  chômage doit  impérativement  être  réglé», peste le député de Rewmi.

Seulement, avec Idrissa SECK qui a rejoint la mouvance présidentielle, il ne serait pas étonnant que le vice-président de son parti change de ton et de discours après s’être départi du boubou d’opposant.

walf-groupe.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here