« Tu as attendri une partie de la planète »: le BOULEVERSANT message du père de Victorine Dartois

0

 Le 26 septembre dernier, Victorine Dartois, une jeune fille de 18 ans, était tuée alors regagnait le domicile familial après un après-midi de shopping. Sur les réseaux sociaux, le père de la jeune fille lui rend hommage et partage son désarroi. « Ma fifille Victorine, cela fait 1 mois déjà ou seulement, tu as rejoint sans attendre le plus beau royaume « Le paradis ». De là-haut tu nous guides, tu nous donnes la force et le mental. Tu as attendri une partie de la planète, sans vengeance sans haine. Tu as eu une marche blanche exceptionnelle plus de 6.300 personnes. Une cérémonie qui a marqué les esprits. Des hommages du monde entier qui m’ont fait verser quelques larmes sur les joues. Ma fifille Victorine, tu nous manques ! », écrit-il. 

L’étudiante de 18 ans, habitant à Villefontaine (Isère), avait disparu samedi 26 septembre après un après-midi de shopping avec des amis, alors qu’elle revenait à pied vers le domicile familial. Son corps a été retrouvé moins de 48 heures plus tard, le 28 septembre, dans un ruisseau, sur la commune de Roche, limitrophe de Villefontaine.

Ludovic B, un père de famille de 25 ans, avait été interpellé par les policiers. Le suspect a reconnu avoir tué la jeune fille. On ignore encore le mobile. Il a été mis en examen pour meurtre précédé d’une tentative de viol. Selon ses dires, lors de sa garde à vue, « il aurait croisé vers 19h par hasard Victorine alors qu’il pratiquait un footing » ce samedi 26 septembre, tandis que l’étudiante en BTS communication rentrait au domicile familial à pied, ayant raté son bus après une après-midi de shopping avec des amis.

Le suspect nie tout mobile sexuel

Selon le suspect, il y aurait eu dispute après une bousculade involontaire, il aurait paniqué, lui aurait serré le cou et aurait ensuite déposé le corps inanimé dans le torrent. Ce gérant d’entreprise, qui a déjà été condamné à une dizaine de reprises pour des délits de droit commun mais sans passer par la prison grâce à des aménagements de peines, serait ensuite rentré chez lui, aurait mis ses vêtements dans un sac et aurait pris une douche. Ces habits ont été retrouvés par les enquêteurs.

Les conclusions de l’autopsie qui mentionnent des ecchymoses au niveau du cou confirment l’étranglement, et la mort par noyade. Toutefois, malgré un pantalon retiré et retrouvé à proximité du corps de la jeune femme, le suspect, qui aurait agi seul, « nie tout mobile sexuel ».

Le parquet ne s’est « pas satisfait de ces déclarations qui ne convainquent pas et a pris jeudi un réquisitoire supplétif » pour tentative de viol qui a été suivi par les trois juges d’instruction qui l’ont mis en examen.