Le journalisme, selon Moctar Kébé

0
L’ancien ministre de la Communication Moctar Kébé, décédé dans la nuit de lundi 19 au mardi 20 octobre 2020, à l’âge de 84 ans, portait une vision exigeante du journalisme et de sa pratique.
Il professait, en dépit de sa retraite, des principes reconnus qui peuvent encore servir de rappel aux plus jeunes, dans un contexte où les mutations du secteur placent plus que jamais l’éthique et la déontologie au cœur de ce métier.
Moctar Kébé, également ancien maire de Kolda, ville du sud du Sénégal qui l’a vu naître en 1936, est un journaliste diplômé du Centre universitaire d’enseignement du journalisme, un institut de l’Université de Stasbourg (France).
Il a été journaliste de terrain, au service du quotidien Le Soleil, dont il a dirigé la rubrique politique étrangère, de 1960 à 1984, avait-il coutume de rappeler.
‘’Le vrai journaliste est celui qui dit toujours la vérité’’, a-t-il par exemple déclaré dans un entretien, dans le cadre de la couverture de l’élection présidentielle de 2007 au Sénégal, appelant à cette occasion ses confrères à faire preuve de professionnalisme dans la couverture des activités politiques des candidats.
‘’Il y a deux types de journalistes, et cela se voit au premier coup d’œil. Il y a ceux qui sont prêts à cirer les bottes des gens du pouvoir et ceux qui n’ont pour d’autre pouvoir à servir que ceux de la profession’’, déclarait-il.
Les journalistes qui font correctement leur travail ‘’ont un vrai sens de la déontologie et de l’éthique et ne se rabaissent pas pour plaire au pouvoir’’, avait ajouté Moctar Kébé, insistant sur l’indépendance d’esprit du journaliste au-delà de toute autre contingence physique, sociale ou économique.
‘’Tant qu’on est libre dans la tête et tant que la tête fonctionne, on est en mesure de bien faire son travail’’, assurait M. Kébé, plusieurs fois ministre dans les années 1990.
En même temps, soulignait-il, ‘’les journalistes doivent aussi faire preuve de responsabilité, parce que si on peut tout dire, on peut ne pas dire tout ce que l’on sait pour éviter d’éventuels troubles’’.
La conviction de Moctar Kébé était qu’on reste journaliste à vie, ce qui lui a peut-être facilité la tâche quand il lui est revenu d’assurer la tutelle du secteur des médias, beaucoup d’acteurs se souvenant encore de lui comme d’un ministre de la Communication emblématique.
A la fin de ses fonctions ministérielles, Moctar Kébé avait été nommé ambassadeur du Sénégal en Gambie (1993-1995), pays dans lequel il avait déjà servi dans les années 1980 comme conseiller d’ambassade.
APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here