L’Etat islamique intensifie sa communication sur le nouvel épicentre sahélien du « Djihad » (Par Dr Bakary Sambe)

    0

    Les récentes embuscades dans le Nord-Est du Nigeria faisant plus de vingt morts font ressurgir l’idée d’un nouvel épicentre sahélien du Djihad alors que les signaux d’un solide ancrage de l’Etat islamique en Afrique n’ont cessé de se multiplier depuis quelques temps. Seulement, la crise politico-institutionnelle qui sévit actuellement au Mali en plus des problèmes sécuritaires restés intacts au Centre comme au Nord de ce pays, semble obnubiler les observateurs et experts du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de manière générale. 

    Pendant ce temps, d’énormes enjeux sécuritaires passeraient presqu’inaperçus n’eût été le retentissement de l’attaque de Kouré à une soixantaine kilomètres de Niamey, la capitale du Niger. Cette attaque commise le 9 août 2020 a été revendiquée un mois plus tard par l’Etat islamique qui la relate de manière détaillée dans le numéro 252 du 22 Muharram 1442 (équivalent 17/09/2020).  

    Profitant aussi bien de la relative accalmie due à la crise sanitaire de covid-19, mais aussi de la focalisation de toutes les attentions sur une crise malienne à ses débuts, les groupes terroristes intensifient leur compétition et luttent pour le contrôle du désormais nouvel épicentre du djihadisme mondial : la bande saharo-sahélienne.

    Les hommes de la Jamâ’at Nusrat al-Islam wal Muslimîna (JNIM-GSIM) d’Iyad Ag Aly poursuivent, certes, la chasse à l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) d’Al-Sahraoui dans le cadre d’un vaste « nettoyage » des positions de la nébuleuse du Mali et du Burkina Faso pour les repousser jusqu’aux confins du Nord Tillabéry au Niger. Mais, en même temps le Groupe Etat Islamique intensifie sa communication et sa propagande pour affirmer une présence dans la zone des trois frontières du Liptako Gourma malgré le déploiement des forces spéciales de Takuba au secours de Barkhane.

    « Jihad » contre Al-Qaida et diabolisation de Takuba

    C’est ainsi que, dans son organe de communication et de propagande Al-Naba’ ,  l’Etat islamique annonce ses « victoires » contre les éléments d’Al-Qaida qualifiés d’ « apostats » en même temps que la « déroute » des forces spéciales européennes au sein de Takuba. La propagande de l’Etat islamique insiste sur le fait qu’Al-Qaïda serait tellement affaibli au point de recourir à la politique de « recrutement forcé afin de combler le manque remarqué dans ses rangs ». 

    Dans un style alliant souci apparent de précision mais aussi de persuasion, l’organe de communication de l’Etat islamique relate dans un récent numéro les manœuvres de Takuba durant le mois de Zul Hijja, qui est, en fait, celui de l’Aïd el Kébir (célébré fin juillet), mois saint du pèlerinage et symbole du sacrifice.

    Ayant bien saisi l’enjeu stratégique de dresser les populations locales contre les forces étrangères, Al-Naba’ mêle un semblant de compte-rendu détaillé à de la propagande en ces termes ; « les campagnes militaires des Forces spéciales Takuba  quittaient le camp de Ménaka ( ?) pour se diriger vers la zone d’Indélimane. Sous l’aile protectrice de leur hélicoptère, elles ont bombardé, dans les premiers jours du mois de la Fête de Sacrifice, un lieu situé dans la zone sud-ouest de Ménaka. Les fidèles musulmans y étaient rassemblés après la célébration de la prière. La raison du bombardement était de se venger des populations ayant refusé de s’allier aux forces spéciales européennes dans leur lutte contre le mouvement islamiste ». 

    L’Etat islamique a bien compris que le succès éventuel de l’intervention de Takuba dépendra de son acceptation par les populations locales qui nourrissent certaines incompréhensions sur l’action de telles forces imposant des mesures de sécurité draconiennes à des populations qui, pourtant, se sentent le plus souvent en insécurité.

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here