Le Mali et son éternelle instabilité politique ou une CEDEAO au ralenti (Par Mouhamed Diankha)

0

L’histoire politique malienne n’a connu presque pas de stabilité. Les coups d’État militaires plus nombreux que les élections démocratiques. Modibo Keïta, premier président du mali indépendant fut le premier à faire les frais d’un coup d’état militaire en 1968. 

Il sera ainsi renversé par un lieutenant du nom de Moussa Traoré. Le lieutenant dictateur fut à son tour par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré  en 1991. La transition conduite par ATT permit l’organisation des premières élections démocratiques du Mali en 1992 avec comme premier président démocratiquement élu Alpha Oumar Konaré  qui fut réélu pour un deuxième mandant en 1997.

Amadou Toumani Touré, le premier instauré la démocratie dans son pays après sa retraite militaire a été élu président à deux reprises (2002 et 2007) avant d’être renversé en 2012 par le capitaine Amadou Haya Sanogo. C’était le début de la crise malienne avec la rébellion touareg. Cette crise amena Ibrahim Boubacar Keïta à la tête du Mali 2013 après une élection présidentielle démocratique.

A suivre de près l’évolution des choses et les signes annonciateurs, on pouvait facilement en déduire que le déclin de IBK se manifestait depuis quelques mois déjà. La société civile malienne au premier rang des contestations a été guidée par une jeunesse engagée et déterminée. Ainsi la destitution de IBK est sans aucun doute le fruit d’une expression populaire. Même s’il faut admettre qu’un coup d’État n’est jamais la meilleure solution avec ses conséquences sur une possible instabilité politique.

Aujourd’hui une certaine tentative de diabolisation de la junte malienne par la presse occidentale notamment française est en cours de se passer. Le peuple malien dans sa majorité a manifesté pour la démission du malheureux désormais ex président malien. Donc nous devrions peut-être en déduire que cette armée n’aura jamais l’intention de gérer ce pays jusqu’aux prochaines élections présidentielles qui devront avoir lieu dans trois ans. Il faudra que la raison ne puisse pas dominer la passion.

Aujourd’hui la France reste le plus grand perdant dans cette crise. D’où à mon avis cette tentative de diabolisation de l’armée malienne. Les premières déclarations de cette armée après la destitution de IBK ont été pragmatiques et réconfortants pour le peuple malien. Un volteface ou une manipulation de la part de l’armée est à exclure. La France qui aurait peut-être misé sur IBK nourrit des regrets. Cet homme a été incapable de réconcilier le Sud au reste du pays. Ce Sud qui est en proie à une rébellion depuis des années et à laquelle il a été incapable d’apporter une solution.

Malheureusement les institutions africaines, la CEDEAO en partie n’a pas pu jouer son véritable rôle d’institution sous régionale. L’UA peut être également inscrit dans ce même registre de manquement. Pour paraphraser le valeureux IMAM Dicko qui n’est pas qu’un simple religieux mais patriote, les peuples africains veulent des institutions africaines au service des populations et non des chefs d’état. La vraie intégration africaine commencera par une vraie prise en charge des problèmes africains.

L’intégration politique africaine est sans aucun doute un échec depuis bien des années. Si des émissaires n’ont pas pu réussir leur tentative de médiation entre gouvernants et société civile, rien ne reste plus dans la crédibilité de ces institutions.

L’intégration politique en Afrique doit être le ressort ou le facteur qui permet à l’Afrique d’accéder effectivement à son indépendance politique face aux autres puissances du monde, spécifiquement, les puissances occidentales. Elle ne doit plus être une vue de l’esprit, mais une réalité. Elle ne doit être synonyme d’unité et permettre au continent de pouvoir peser dans les décisions politiques au niveau mondial et lutter ainsi efficacement contre l’immixtion de l’Occident dans les affaires des États africains au plan intérieur ou même au plan international pour reprendre la brillante idée du journaliste Gilbert Toppe.

DakarActu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here