« La reprise des cours en présentielle est conditionnée à l’amélioration de la pandémie », selon Cheikh Oumar Hanne

0

« En ce qui concerne la reprise en présisentielle avec la progression de la pandémie, l’ouverture des campus est problématique. La reprise des cours en présentielle est conditionnée à l’amélioration de la pandémie ». Cette précision de taille faite, le ministre de l’enseignement supérieur, Cheikh Oumar Hanne a fait le point de la situation des universités fermées depuis le 14 mars 2020, ce mardi 26 mai de l’année en cours.

A l’occasion, M. Hanne a  levé un coin du voile sur la feuille de route de son département pour éviter une année invalide.

Il se dit favorable à un réaménagement de l’année universitaire avec une reprise des cours en septembre 2020 pour terminer le deuxième semestre en décembre de la même année.

« Pour la finalisation de l’année en décembre, les instances académiques prendront les dispositions pour la reprise des enseignements en septembre 2020 », a concédé le ministre.

A ce propos, Cheikh Oumar Hanne, conforté, en cela par les instances académiques des sept universités publiques du pays, a écarté « toute hypothèse d’année blanche ».

« Du 11 au 19 mai 2020, les instances académiques des  universités, sauf l’Université de Ziguinchor,  se sont réunies pour étudier la situation. Il ressort de leurs délibérations que toute idée d’année blanche est écartée », a soutenu le ministre de l’Enseignement supérieur qui intervenait à la suite de son collègue de la Santé.

Bien plus, M. Hanne a rappelé que le président de la République qui avait pris la décision de fermer les universités le 14 mars 2020, au début de la pandémie a donné des instructions pour l’aboutissement des enseignements universitaires d’ici le 31 décembre 2020.

A ce propos, le ministre de l’Enseignement supérieur a présenté la situation dans les universités publiques.

« Deux situations se présentent.  L’une alarmante où il restait pas plus de trois semaines de  cours pour finir le premier semestre de 12 semaines. Dans d’autres universités, la situation est plus favorable où le premier semestre était bouclé et certaines facultés avaient débuté le deuxième semestre », a informé M . Hanne.

 Faire recours au téléenseignement

Soucieux de la continuité des enseignements dans le supérieur, le ministre a réitéré son souhait de promouvoir le téléenseignement.

Selon 95% des cours sont sur les plateformes. Pour ce faire, Cheikh Oumar Hanne a promis de veiller à l’équité pour que tous les étudiants aient accès à la connexion internet et aux cours en ligne.

Il a également insisté sur le fait  que les enseignements en présentielle  ne pourront reprendre que lorsque certaines conditions seront réunies.

Le ministre a informé que des commissions covid-19 sont installées à l’Université Cheikh Anta Diop et Gaston Berger pour donner des avis éclairés sur la possibilité de reprendre ou non les cours.

S’agissant des écoles et instituts, il a été   retenu d’organiser les examens en présentielle en septembre prochain.

A en croire, le ministre Hanne, certains écoles et instituts vont reprendre les cours entre le 4 et 14 juin et feront leurs examens, stages et travaux pratiques en septembre 2020.

En ce qui concerne l’Université Assane Seck, M. Hanne promet un accompagnement du  gouvernement  pour terminer les cours et examens au plus tard le 31 janvier 2021.

Pour ce qui est de l’organisation du Bac, Cheikh Oumar Hanne a assuré que  l’Office du bac a pris toutes les dispositions pour organiser l’examen à la date retenue.

Toutinfo.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here