Campagne agricole à Kolda : ADC NINNABA revoit ses prévisions à la hausse.

0

Les objectifs d’emblavure pour la campagne agricole 2020/2021 de l’Association pour le Développement Communautaire Ninnaba  s’établissent comme suit : Riz 3 500 ha contre 2 507 ha en 2019-2020 pour une superficie de MAIS  fixée à 2000 ha contre 1 616 ha en 2020 dont 5 51 ha destinés à Obantanpa avec USAID KAWOLOR.

Le Directeur Exécutif de cette organisation paysanne entend  ainsi accélérer la cadence pour « une riposte efficace contre les effets désastreux de la maladie  du covid 19 qui inquiète aujourd’hui le monde entier ».  Omar Mané a décliné les objectifs prévisionnels de son plan d’action pour la prochaine campagne agricole samedi dernier à l’issue d’une réunion tenue à cet effet par visioconférence.  

Pour le Sésame avec la Fenprose à travers JAFOWA et CERAS, c’est la même tendance haussière qui est constatée. Ninnaba prévoit d’emblaver  1 000 ha contre 600 ha en 2019

Idem pour le Maraichage hivernal où  500 ha sont prévus contre une superficie de 387 ha d’exploitation familiale  et de jardins communautaires avec Kawolor en 2019. Là où la culture de patate douce à chair orange (PDCO) va se contenter de 25ha.

Dans la même veine, ADC Ninnaba a décidé d’agrandir cette année sa zone d’intervention qui passe de 17 à 20 communes réparties dans les départements de Kolda et Médina Yoro Foula ainsi que Goudomp dans la région de Sédhiou, précise Omar Mané.

Le Directeur Exécutif de Ninnaba de réitérer dans la foulée l’engagement de sa structure à accompagner la politique agricole de l’Etat surtout pour l’atteinte de la souveraineté alimentaire qui doit être, selon lui, « une priorité pour toutes les organisations de  producteurs dans ce contexte de covid 19 ».

Aussi, a-t-il appelé les producteurs à « aller en masse dans les champs et les vallées pour produire en abondance des céréales cette année, tout en diversifiant les spéculations,  afin de faire face à l’incertitude  de la disponibilité du riz en provenance des  pays extérieurs ».

En tout cas, « il n’est pas du tout évident que les pays qui nous approvisionnaient en riz jusqu’ici,  puissent continuer à le faire cette année avec cette maladie du covid 19 qui est en train de sévir partout dans le monde», a-t-il alerté avec insistance.

ismaila.mansaly@koldanews.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here