La rentrée scolaire et la campagne agricole en période de pandémie en exergue

0

Les quotidiens continuent de raconter la pandémie de coronavirus, évoquant notamment ses conséquences potentielles sur la campagne agricole et la rentrée des classes.

EnQuête donne une sombre description de la vie paysanne en cette période de pandémie de coronavirus. ‘’Paysans angoissés’’, titre le journal, ajoutant que ‘’le monde paysan a peur pour la campagne agricole’’.

‘’La campagne agricole approche, mais les premiers acteurs concernés ne sont pas prêts. Entre l’absence de revenus, l’obtention incertaine de semences et le Covid-19, les agriculteurs angoissent’’, constate EnQuête.

‘’L’école dans l’impasse’’, écrit Sud Quotidien, ajoutant que ‘’le dé-confinement partiel de l’école, annoncé pour le 2 juin (…), pose en vérité plus de questions qu’il n’apporte de réponses et de certitudes’’.

‘’Alors que l’hivernage approche à grands pas dans certaines régions où prolifèrent les abris provisoires (classes de fortune, souvent faites de paille et de branches d’arbres), les conditions de reprise et d’organisation matérielle des enseignements (…) ne génèrent ni sérénité ni quiétude’’, lit-on dans Sud Quotidien.

Selon L’As, les enseignants sont peu enthousiastes de reprendre le chemin de l’école à la date annoncée par le gouvernement, le 2 juin.

‘’Le sauvetage des vies humaines prime sur le sauvetage de l’année scolaire’’, a dit au journal le secrétaire général du Cusems, un syndicat d’enseignants.

‘’Cela va être compliqué de vivre avec la pandémie à l’école’’, affirme, de son côté, le secrétaire général d’un autre syndicat d’enseignants, le Saems, interrogé par L’As.

L’autoconfinement d’Abdoulaye Wade

Les quotidiens commentent également le rejet par la Cour suprême de la requête visant à annuler l’interdiction du rapatriement des corps des Sénégalais décédés du Covid-19 à l’étranger.

On apprend de Sud Quotidien que les avocats chargés de la défense du dossier ‘’annoncent une saisine du Comité des droits de l’homme des Nations unies’’, pour contraindre l’Etat du Sénégal à lever l’interdiction du rapatriement des corps des victimes du Covid-19.

Devant cette décision de la haute juridiction, Tribune s’en remet à Dieu. ‘’Nul ne sait où il mourra, ni quand il mourra, ni où il sera enterré. Laissons donc le tout de nos affaires aux bons soins et entre les mains du Bon Dieu pour nous départager, au sujet de nos divergences et de notre dernière demeure. Car ce Dieu est meilleur que nous’’, écrit Tribune.

Source A, comme d’autres journaux, livre le bilan de la pandémie de coronavirus au Sénégal, où, notamment ‘’au sommet de l’Etat, le discours n’est plus d’épiloguer sur [la dangerosité] du virus’’, mais sur ‘’la possibilité de reprendre les cours (rentrée scolaire et universitaire) au moment où les cas augmentent de jour en jour’’.

Le Témoin Quotidien raconte l’autoconfinement de l’ex-président de la République, Abdoulaye Wade, qui ‘’se consacre à la lecture et à l’écriture’’.

‘’Dans la matinée, Me Wade lit régulièrement certains journaux de la presse sénégalaise. Pour le reste de la journée, il se focalise sur l’internet pour lire la presse étrangère. En dehors des heures de prière, Me Wade est constamment sur internet’’, raconte le journal.

APS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here