La nouvelle miellerie de Fimela estimée à 30 millions FCFA inaugurée

0

Lau autorités de la commune de Fimela, dans la région de Fatick ont procédé à l’inauguration de la nouvelle miellerie de Fimela. La commune vient de se doter de cette infrastructure évaluée à 30 millions de francs CFA pour une capacité de production de 2000 tonnes par campagne.

La nouvelle unité a été inaugurée mercredi par la gouverneure de la région de Fatick, Seynabou Guèye, en présence du maire de Fimela Karim Sène, de plusieurs autorités locales et de représentants des populations.

Elle a été réalisée grâce à l’appui technique et financier du Programme multinational de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P2RS), avec l’accompagnement des autorités locales de la commune de Fimela.

Le projet consistant à construire cette unité de miellerie fait suite à une étude diagnostique de la chaîne de valeur miel dans la région de Fatick, a expliqué le coordonnateur zonal du P2RS, Mamadou Camara.

« L’étude a révélé qu’au niveau de la région, il y avait une production de miel assez importante dans la commune de Toubacouta (Foundiougne) et au niveau de la zone de Fimela, où nous sommes. Une coopérative d’apiculteurs s’activait déjà dans la production de miel pour approvisionner les localités de l’arrondissement de Fimela », a-t-il relevé.

Le projet s’est appuyé sur ces acteurs locaux pour « réaliser le bâtiment destiné à abriter cette unité en quatre mois pour un coût financier d’une vingtaine de millions de francs CFA », a-t-il indiqué.

Ce total ne prend pas en compte les équipements « évalués entre 6 à 10 millions de francs CFA, mais globalement on peut dire que le coût va tourner autour de 30 millions de francs CFA », a-t-il indiqué.

En termes de production, il est selon lui attendu de cette unité « au moins 2000 tonnes de miel par campagne », un objectif qui représente un challenge « très faisable compte tenu de la dynamique en place déjà mais aussi de l’accompagnement des autorités locales ».

Donc, a poursuivi le coordonnateur zonal du Programme multinational de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel, nous pensons que d’ici un an et demi, on trouvera dans les rayons des supermarchés du miel de Fimela ».

La gouverneure de Fatick, Seynabou Guèye, a remercié le P2RS pour « le travail remarquable » accompli durant toutes ces années dans la région.

« Nous nous félicitons de ce travail et souhaitons que ces réalisations soient profitables aux populations, jeunes et femmes, principaux bénéficiaires, qu’ils profitent d’un lendemain meilleur même avec le retrait de ce projet (P2RS) qui prend fin dans quelques mois », a ajouté la cheffe de l’exécutif régional.

Un peu plutôt, la délégation régionale conduite par le gouverneur avait visité d’autres réalisations du P2RS dont la ferme aquacole de Ndiaye Ndiaye, dans la commune de Fatick, le chantier de la digue antisel de Ndoss et la mare pastorale de Pakom, dans la commune de Niakhar.

Elle a également visité dans la commune de Fimela, deux autres grandes réalisations du P2RS, notamment un magasin d’aliment de bétail et la ferme « natangué » d’un jeune du terroir, une façon d’inciter les jeunes à s’adonner à l’agriculture.

Lancé en 2016, le P2RS prend fin en juin 2020. Il a pris la suite du Projet d’appui à la petite irrigation locale (PAPIL) dans la région de Fatick.

APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here