La fermeture du rond-point Yoff fait ses premières victimes

0

Les chantiers de Macky Sall constituent un calvaire pour la population sénégalaise notamment dans le cadre de la mobilité. En effet, dans le cadre du projet de construction de 13 autoponts à Dakar, le rond-point Yoff a été fermé à la circulation. Cela oblige les véhicules en provenance de l’aéroport Léopold Sédar Senghor et environs à prolonger leur route jusqu’à l’échangeur du Cices pour rejoindre Yoff.

 Un mal pour un bien

Ce détour est motivé par l’adoption d’un nouveau plan de circulation pour permettre la construction d’un nouvel ouvrage de franchissement à même de fluidifier le trafic. C’est un mal pour un bien qui occasionne des embouteillages monstres sur la route de l’aéroport et l’intersection avec la Vdn que les automobilistes sont appelés à emprunter via l’échangeur.

Les externalités négatives font leur lot de victimes parmi les usagers de la route qui perdent ainsi du temps pour aller au travail, à l’école ou ailleurs malgré les mesures d’accompagnement édictée par le préfet de Dakar Alioune Badara Sambe. «Ces travaux entrepris par Ageroute Sénégal pour l’amélioration de la mobilité à Dakar et le désenclavement du pays nécessiteront la fermeture du giratoire de Yoff avec une déviation du trafic au niveau des contre-allées. Ageroute Sénégal mobilisera des agents afin d’assurer la continuité de la circulation et permettre le bon déroulement des travaux, nonobstant l’accompagnement de la force publique. Les automobilistes sur l’autoroute Patte d’oie – Aéroport sont appelés à ralentir et à faire preuve de beaucoup de prudence à l’approche de la zone des travaux où tout stationnement est interdit», indiquait-il dans un communiqué daté du 11 octobre.

 « 72% du parc automobile immatriculé dans la capitale »

L’on ne peut que souhaiter que la construction de l’autopont de Yoff et des douze autres prévus dans la capitale soit réellement faite en mode fast track. Ces infrastructures viennent à bonne heure, tant Dakar étouffe sous le poids des véhicules et subit d’énormes pertes au plan économique du fait de la congestion. Le projet intervient dans un contexte marqué par une mobilité très dense dans la capitale, avec 72% du parc automobile immatriculé dans la capitale, soit environ plus de 324.000 véhicules en circulation, selon des chiffres du Conseil exécutif des transports urbains de Dakar (Cetud). «Avec 3,63 millions d’habitants aujourd’hui  – et une projection de 5 millions d’habitants à l’horizon 2030 – Dakar abrite près de 24% de la population totale du pays, 50% de la population urbaine et 70% du parc automobile immatriculé sur une superficie qui équivaut à seulement 0,3 % du territoire national», ajoute la même source.