Crise : la communauté lébou à la rescousse du maire de Mbao

0

Le maire de la commune de Mbao peut pousser un ouf de soulagement. En effet, la guerre des tranchées entre deux des principaux responsables politiques à Mbao que sont Abdoulaye Pouye et Abdou Karim Sall a pris une nouvelle tournure avec l’implication, dans le Mortal Kombat auquel ils se livrent depuis des lustres, de la communauté lébou, à laquelle appartient l’édile de la localité. C’était au cours d’un rassemblement tenu au stade de la commune.

S’il y a une localité où l’exacerbation des rivalités politiques entre deux principales tendances doit amener l’État à surveiller comme du lait sur le feu, c’est bien la commune de Mbao. Dans cette localité, «à la guerre comme à la guerre» risque bien d’être la devise que les deux camps politiques rivaux des deux responsables de la mouvance présidentielle vont s’approprier dans la perspective des élections locales prévues à une date indéterminée pour le moment.

Récemment accusé par des conseillers municipaux d’avoir usé de faux pour détourner la somme de 25 millions, et malgré les contre accusations de ses proches au moment où il était à l’étranger, Abdoulaye Pouye s’est vu ragaillardi au cours du meeting d’hommage organisé par une partie des populations acquise à sa cause, plus particulièrement la communauté lébou de Mbao et environs.

Mansour Ndoye, le «Ndey ji rew» de Mbao a porté leur parole dans un stade de Mbao en ébullition et plein comme un œuf : «Abdou Karim Sall qui se trompe de combat et de cible a intérêt à arrêter ses manœuvres tendant à jeter l’opprobre et le discrédit sur notre frère Abdoulaye Pouye, qui n’a pour seule et unique souci que l’amélioration, autant que faire se peut, des conditions d’existence de ses administrés. S’il n’arrête pas de gré, on va le contraindre à le faire de force, par des pratiques mystiques ».

À la suite du chef coutumier et des quatre délégués des différentes zones politiques que sont la zone d’aménagement concertée (Zac), Grand Mbao, Petit Mbao et Keur Mbaye Fall qui ont fait le serment de défendre le maire, ce dernier n’y est pas allé du dos de la cuillère pour tacler son adversaire : «Il faut être lâche et poltron pour être un ministre et ne pas combattre avec des armes conventionnelles à visage découvert. Vouloir être le maire de Mbao ne doit pas pousser à poser des actes iniques et ignobles consistant à instrumentaliser des personnes pour qu’elles essaient de vouer aux gémonies le maire que je suis. Que les sbires du ministre sachent que leur sale besogne est vouée à l’échec, car ce ne sont pas les intimidations et les enfantillages d’un parvenu qui vont me pousser à abdiquer», se désole Abdoulaye Pouye. Qui a d’ailleurs terminer son propos par une réclamation : «Il est grand temps que l’on procède à l’audit de l’Autorité de régulations des postes et télécommunications au nom de la gouvernance vertueuse». Il est à rappeler que devenu maire de Mbao sous la bannière de Bokk gis-gis à la faveur des élections locales de 2014, après avoir quitté le Pds, Abdoulaye Pouye avec son mouvement Geum Sa Bopp a décidé d’accompagner le Président Macky Sall à Mbao pour l’intérêt de Mbao et avait même battu campagne pour Macky lors de la présidentielle sans anicroches ni heurts avec A. K. Sall. L’Enjeu des élections locales à venir et lesquelles vont déterminer son degré de représentativité et celui d’Abdou Karim Sall a réveillé les antagonismes et justifie en grande partie l’exacerbation de leur guerre de tendances larvée.