Sédhiou : Imam Boubacar Dramé opte pour l’abandon du « diambadon »

Boubacar Dramé l’Imam ratib de la grande mosquée de Sédhiou a profité de son prêche du vendredi 11 octobre 2019 pour récuser la pratique du « diambadon » dans sa commune. Il est foncièrement contre  les festivités mondaines qui ponctuent les cérémonies de circoncision à Sédhiou. Ce qui a surtout suscité l’ire du guide religieux est l’organisation, la nuit du vendredi saint, d’une veillée culturelle marquée par la  danse des feuilles communément appelée le « diambadon ». Considérant cela comme une offense aux valeurs islamiques Elhadji Boubacar Dramé estime que la religion est reléguée au second plan aux profits des mondanités. Très en verve le guide religieux invite les fidèles à se ressaisir. «C’est inadmissible», martèle l’imam qui condamne fermement un festival de danse mobilisant des hommes et des femmes. « Contentez-vous de circoncire vos enfants et d’invoquer la bénédiction du seigneur en leur faveur », recommande Imam Dramé. S’offusquant des scènes de violence qui marquent la sortie du Kankourang à Sédhiou il a décrété l’abandon pur et simple du diambadon.

Elhadji Boubacar Dramé a fait cette prêche lors de la prière du vendredi qu’il a dirigée à  l’inauguration de la mosquée de Moricounda 3 .Cette infrastructure est mise en place par l’ong « directaid » ex Agence des musulmans d’Afrique (AMA).

Sur un autre registre l’imam ratib de Sédhiou s’est prononcé sur la rentrée scolaire.A cet effet il a exhorté les parents à jouer pleinement leur rôle d’éducateurs. «Faute de Veiller sur vos progénitures ils passent des heures devant l’écran et trainent à prendre le chemin de l’école », déplore Elhadji Boubacar Dramé.

SedhiouNews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here