Infrastructures sportives:le Balantacounda oublié?

0

Malgré les efforts consentis pour relever le niveau, le football du balantacounda souffre d’un manque criard d’infrastructures  sportives. Il est même rare de voir un stade digne de ce nom. Dans sa partie dénommée Zone B qui regroupe des villages situés le long de la frontière avec la Guinée Bissau, le constat est amer : « il n’y a même pas de terrain clôturé et les jeunes se sentent exclus et oubliés de la politique sportive du pays». Car,  regrette-t-ils,  chaque année, c’est  la sempiternelle  confection de clôtures avec des branches, des feuilles de rôniers et de palmiers. Ceci  pour pouvoir générer des ressources et motiver les acteurs du mouvement navétanes. C’est le cas actuellement dans le village de Sanou où la jeunesse s’est mobilisée depuis presqu’une semaine pour refaire la clôture. De l’avis de ces jeunes, le phénomène Sadio Mané devrait pousser l’Etat à penser à implanter des infrastructures dignes de ce nom dans cette partie où le talent ne manque pas. Des oiseaux rares à l’image de la star de Bambali, le balantacounda peut en fournir si on fait de cette contrée une zone prioritaire de la politique sportive du pays, a soutenu un responsable du tournoi de la zone B. Qui n’a pas manqué de souligner  qu’il ne  compte pas  beaucoup sur les collectivités territoriales qui du fait de la faiblesse de leurs budgets  ne peuvent pas financer la construction d’un stade. Ainsi, a-t-il lancé un appel aux plus hautes autorités et aux programmes comme le PUMA et le PUDC pour qu’ils appuient  le sport afin de  réaliser des stades au sud du pays.

Ismaila.mansaly@koldanews.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here