Macky sall alerté par un organisme international dans l’affaire du parc Niokolo Koba

Le scandale lié à l’exploitation clandestine de l’or dans le parc Niokolo Koba n’a pas encore fini de révélé ses secrets. Le président de la République est sans nul doute la personne la plus informée du pays. La preuve par ce scandale qui éclabousse des autorités des ministères des Mines et de l’Environnement. En effet d’après des sources de «L’As», c’est un organisme international qui a alerté le chef de l’Etat sur l’existence d’activités d’exploitation d’orpaillage au sein du parc national Niokolo Koba, situé dans la région de Kédougou. D’ailleurs dans cette affaire qui exhale un fort parfum de corruption, d’extorsion de fonds et de banditisme, le

Procureur Théophile Turpin a déjà placé sous mandat de dépôt plus de 20 personnes dont le maire de Tomborokoto, le Conservateur du Parc, son adjoint, un lieutenant des Eaux et Forêts et le correspondant de Sud Fm à Tambacounda.

La liste des personnalités arrêtées dans le cadre de l’enquête sur l’exploitation illégale de l’or dans le parc national Niokolo Koba s’allonge. Le procureur près le Tribunal de Kédougou a encore placé sous mandat de dépôt tard dans la nuit de vendredi à samedi, le maire de Tomboronkoto non moins Haut Conseiller des Collectivités Territoriales du département de Kédougou et un Lieutenant des Eaux et Forêts. En effet, il nous revient de sources concordantes que c’est le président de la République qui a informé le gouvernement en plein réunion de conseil des ministres de l’exploitation illégale de l’or dans le parc national de Niokolo Koba. Il a interpellé les différents ministres concernés, notamment celui de l’Environnement, Abdou Karim Sall et son collègue des Mines, Sophie Gladima Siby. N’étant pas au courant de l’affaire, ils ont répondu par la négative. Après la réunion du conseil des ministres, des vérifications ont été faites. A la réunion suivante de conseil des ministres, le chef de l’Etat est revenu à la charge en indiquant que ses sources sont formelles. L’enquête diligentée débouche sur un gros scandale qui implique des Chinois, des Ghanéens et des autorités des services des Mines et de l’Environnement. C’est ainsi que le président de la République a décidé de virer le Directeur des Mines et de la Géologie, Ousmane Cissé pour le remplacer par l’Ingénieur Géologue, Mme Roseline Anna Coumba Mbaye. Le Directeur des Parcs nationaux plus chanceux pour le moment que celui des Mines n’est pas inquiété même si d’aucuns indiquent que son limogeage est imminent. Pourtant dans cette affaire si Abdou Karim Sall qui vient d’arriver peut être exempt de reproches, ce n’est pas le cas du ministre des Mines Sophie Gladima Siby qui devrait payer pour le laxisme de ses services.

Ce qui a perdu le maire de Tomboronkoto et le correspondant de sud

Ainsi le président de la République a donné des instructions pour qu’une enquête soit diligentée. Le procureur près le Tribunal de Grande Instance de Kédougou s’est saisi du dossier et a activité les éléments de la Gendarmerie de Kédougou qui n’ont pas tardé à faire tomber de gros bonnets. Plus d’une quinzaine de personnes sont envoyées en prison avant qu’elles ne soient suivies par notre confrère de Sud Fm, Boubacar Tamba, l’édile de Tomboron-koto et un lieutenant des Eaux et Forêts qui est en disponibilité. Il nous revient que notre confrère Tamba aurait été perdu par son double jeu. Il aurait appelé le maire de Nénéfescha pour échanger avec ce dernier sur l’exploitation clandestine de l’or dans la commune. L’édile de Nénéfescha qui voulait alerter à travers les médias lui aurait remis de l’argent pour la mobilisation de la presse. Nos sources renseignent qu’après avoir encaissé l’argent, il a saisi les Chinois via le lieutenant Diop qui est leur associé dans Gold Cost qui lui aussi lui aurait remis 500 000 Francs. C’est ce qui lui a valu son emprisonnement. Quant au lieutenant des Eaux et Forêts, Soultang Diop, il lui est reproché d’être le facilitateur de l’affaire. C’est lui qui a mis les Chinois en rapport avec les agents du parc et le Directeur régional des services des Mines. Il a d’ailleurs pris le soin d’enregistrer tout ce beau monde. Tous ces éléments en main, le Procureur de la République a visé les délits: « D’associations de malfaiteurs, de corruption et de complicité d’exploitation illégale de substance minière». Ils seront jugés jeudi prochain en flagrant délit.

Toutinfo.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here