Serigne Mbaye Thiam approuve la pénurie d’eau à Dakar

«La  pénurie  à  Dakar  était  nécessaire, pour sécuriser le système  d’alimentation». C’est ce qu’a laissé entendre Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Eau et de l’Assainissement. Dans quelques heures, les perturbations notées, ces derniers jours, dans la distribution d’eau, vont relever d’un mauvais souvenir. Ce, grâce aux travaux qui étaient en cours à Keur Momar Sarr, dans le cadre du programme de sécurisation des ouvrages névralgiques de l’alimentation en eau de Dakar. Le ministre de l’Eau et de l’assainissement, Serigne Mbaye Thiam, était ce weekend sur le site pour constater l’achèvement des travaux. A l’en croire, la pénurie à Dakar était nécessaire, pour sécuriser le système d’alimentation et aller vers le mix eau. Des populations de Dakar ont souffert, ces derniers jours, des perturbations dans la distribution d’eau, à cause des grands travaux qui étaient en cours à Keur Momar Sarr.

Ces travaux qui permettent de sécuriser les ouvrages névralgiques de l’alimentation en eau de Dakar sont définitivement achevés ce weekend. Et c’est le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam qui a fait le constat sur place. «Cette pénurie était nécessaire pour sécuriser le système d’alimentation en eau, pour poursuivre le chemin vers le mix eau. Nous avons mis en œuvre une solution pérenne, qui nous soustrait désormais des aléas des fuites et des difficultés», souligne-t-il en demandant aux populations d’avoir espoir et de faire confiance, par rapport aux solutions durables et structurelles qui sont envisagées.

«C’est une étape, car une solution beaucoup plus structurelle est en vue et permettra d’avoir un mix eau, par l’installation d’une usine de dessalement, pour diversifier l’alimentation en eau de Dakar. J’ai suivi le déroulement à travers des vidéos qui m’étaient envoyées. C’est ainsi que j’ai mesuré la délicatesse et la difficulté des travaux. Mais ce sont des travaux qu’il fallait faire. En effet en septembre 2013, la région de Dakar a connu une crise grave dans l’alimentation en eau, à cause de la casse de la pièce en Y, intervenue à l’usine de Keur Momar Sarr.

Lorsque cet incendie s’est produit, le Président Macky Sall s’est lui-même déplacé sur les lieux. Et à l’occasion d’une conférence de presse en compagnie du Président Sud-Africain, il avait indiqué que l’Etat du Sénégal prendrait les dispositions, pour des solutions structurelles durables. Ce qui permettrait de sécuriser les ouvrages névralgiques de l’alimentation en eau de Dakar. Depuis lors, des travaux en 7 composantes sont en train d’être accomplis, pour un coût de 6,5 milliards de Fcfa», indique-t-il.

Selon l’ingénieur en charge du chantier Abdou Niang, après la crise de 2013, un diagnostic a été fait et a mis en exergue un certain nombre de vulnérabilités du systéme ALG, qui alimente Dakar pour plus de 50%. Ainsi, 7 actions avaient été arrêtées dont les 5 déjà réalisées et deux en cours dont celle qui est achevée ce weekend. Il s’agit du système de renforcement de la protection des anti-béliers au niveau de Keur Momar Sarr. L’ingénieur en charge des travaux renseigne qu’il existait 3 ballons de 50 m3 chacun soit 150 m3. Ce dispositif a été renforcé par 6 ballons soit 300 m3 et une étude a été faite pour la mise en œuvre.

La mise en place du système allait prendre beaucoup de temps et c’est ainsi que l’option de le sectionner a été prise en 3 actes dont les deux ont été réalisés en mai et juillet 2018. Les deux actes ainsi réalisés ont donné naissance à deux systèmes qui ont été mis parallèlement et il s’est agi maintenant avec le dernier acte qui a été fait cette semaine, de déconnecter complètement l’ancien système de façon à l’isoler, à détacher toutes les vulnérabilités et avoir un seul système qui fonctionnement normalement. De tels travaux ont engendrés une pénurie d’eau dans certaines zones de Dakar avec la perte de 23.000 m3/jour, mais ils sont achevés avec succès et le retour à la normale n’est qu’une question d’heures pour certains quartiers situés en hauteur.

«Les travaux ont été achevés 44 h 51 mn après le démarrage»

La réalisation des travaux de sécurisation des ouvrages névralgiques était fixée dans un délai de 48 heures, mais finalement tout était au point après 44 heures 51 minutes de labeur. Le ministre Serigne Mbaye Thiam ajoute : «nous avons eu une vulnérabilité sur la pièce en Y tenant de son caractère ad hoc, à la capacité des ballons, aux matériaux de cette pièce. Dans le cadre des solutions structurelles durables, dont le président de la République avait parlé, une pièce en T a été maintenant installée et elle est une pièce usuelle en hydraulique.

Ainsi mercredi 24 avril 2019, en Conseil des ministres, le Président Macky Sall a autorisé l’exécution de ces travaux, en faisant confiance à l’expertise sénégalaise. Nous nous réjouissons de constater qu’un défi technique a été posé à notre expertise nationale pour résoudre cette question et elle l’a relevé de fort belle manière». Keur Momar Sarr représente, selon lui, 130.000 m3/ jour soit près de 35% de la production acheminée sur Dakar. Mais aujourd’hui, dit-il, le cycle des travaux a eu raison de celui des vulnérabilités majeures du système d’alimentation en eau de Dakar.

Selon le ministre, la fin des travaux a été constatée le vendredi à 21 heures et la fin de la remise en eau le samedi à 3 heures 43 du matin, ce qui atteste que les ingénieurs et les ouvriers ont été professionnels. Il révèle que la Sones et la SDE avaient proposé d’effectuer ces travaux à la date du 27 avril, pour laisser passer le weekend Pascal et pouvoir terminer les travaux sans risques, avant le début du ramadan. Mais pour sécuriser davantage le début du ramadan, le gouvernement a décidé de rapprocher la date et d’effectuer les travaux à partir du 25 avril, pour parer à toutes les éventualités.

Le chronogramme et le protocole des travaux ont été respectés ce qui a permis de les exécuter avec une avance de près de 4 heures par rapport au planning de départ qui avait prévu une durée de 48 heures. Pour le retour à la normale, Serigne Mbaye Thiam affirme que les quartiers qui se trouvent dans des zones basses, où la pression est forte, vont ressentir le retour à la normale au bout de 4 heures après la remise en service. Et les derniers quartiers qui sont sur les points hauts, auront un retour au bout de 72 heures après la remise en service de la quatrième pompe, intervenue le samedi à 3 heures 43 minutes.

Toutinfo.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here