MOUSSA BALDE, nouveau MAER: «Il n’est pas question que du matériel agricole dorme dans les hangars»

Faire en sorte que le matériel agricole soit entre les mains des producteurs avant l’hivernage, c’est le défi que le tout nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural veut relever. Moussa Baldé l’a affiché hier à Pout, lors de la cérémonie de lancement des opérations de distribution de matériel de culture attelée. A l’en croire, il n’est pas question que du matériel agricole dorme dans les hangars, pendant que les paysans sont dans les champs.

Lors de la cérémonie de lancement des opérations de distribution de matériel de culture attelée, tenue à la Société Industrielle Sahélienne de Mécanique, de Matériels Agricoles et de Représentations (Sismar), Abdou Aziz Diédhiou du Conseil National de Concertation et de Coopérationdes Ruraux (Cncr) a attiré l’attention du Pr Moussa Baldé sur la nécessité de faire en sorte que le matériel soit mis en place avant l’hivernage.

Selon le tout nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Equipement Rural, une étude faite par le Cncr montre que 70% des paysans ont besoin de ce matériel, dans les exploitations familiales agricoles, pour atteindre la souveraineté alimentaire. Mais il estime qu’il faudrait que les commissions de distribution statuent rapidement, pour que ce matériel soit à disposition avant l’hivernage.

Cette requête n’est pas entrée dans l’oreille d’un sourd, car selon le ministre Moussa Baldé, c’est un des axes de la feuille de route établie dans le cadre de la préparation de la campagne agricole. «Il n’est pas question que du matériel agricole dorme dans les hangars, pendant que les paysans sont dans les champs. Je vais suivre personnellement ce processus et la même dynamique sera de mise en ce qui concerne les semences», souligne-t-il avant de déclarer : « depuis 2012, le gouvernement du Sénégal a lancé plusieurs programmes de modernisation de l’agriculture sénégalaise. Et l’équipement est un des intrants les plus importants pour avoir une agriculture performante».

D’où à ses yeux, le sens de cette cérémonie de lancement des opérations de distribution de matériel de culture attelée au niveau de la Sismar. Il s’agit de 17.000 unités de matériels de culture attelés, destinés aux exploitations agricoles familiales, avec 15.000 semoirs, 1.000 houes Sine, 600 charrettes. Il s’est réjoui du fait que c’est du matériel made in Sénégal. D’après lui, l’objectif est que d’ici 2024 que la plupart du matériel utilisé soit made in Sénégal. Nous devons travailler à renforcer nos industries et même en créer d’autres car l’idéal est que le paysan sénégalais utilise un matériel sénégalais. C’est en tout cas dit-il, l’option du gouvernement dans le cadre du Plan Sénégal Emergent (Pse) Industrie.

En ce qui concerne les subventions de l’agriculture avec les fonds publics, le Ministre est d’avis qu’il faut aller vers une réflexion profonde et concertée, pour aller vers plus d’efficience et d’efficacité. C’est dire qu’il faudrait qu’on organise une concertation très rapidement et parler de façon franche avec tous les acteurs pour trouver la meilleure formule d’utilisation de l’argent public dans l’agriculture.

Pour Tahirou Diagne, Directeur Général de la Sismar, tout le matériel a été produit dans les délais requis et suivant les normes de qualités requises. Et il va à coup sûr contribuer à réduire le déficit en équipement pour les exploitations familiales et contribuer également à l’atteinte des objectifs fixés dans le Programme d’Accélération de la Cadence de l’Agriculture (Pracas II), lors du dernier conseil interministériel. Au-delà du matériel de culture, dit-il, «la Sismar, avec son bureau d’études et de développement, conçoit, fabrique et adapte de petites unités de transformation, pour soutenir le développement de petites entreprises agricoles locales.

Pour le cas de l’arachide, ces petites unités de transformation sur les lieux de production,contribueront à la création de milliers d’emplois et à l’augmentation de la valeur ajoutée et de la part de l’agriculture dans le Produit Intérieur Brut (Pib), tout en fixant les populations. Ce qui est en phase avec la vision du Président de la République, dans le cadre du PSE», dit-il.

( Mbaye SAMB avec Toutinfo.net )

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here