« Il est très difficile pour Me Wade de terminer la réfection de sa maison », selon Me Amadou Sall

Me Abdoulaye Wade est dans des difficultés financières pour terminer la réfection de sa maison du Point E. C’est ce qu’a révélé l’avocat Me Amadou Sall dimanche 14 avril 2019. Ce, malgré une pension de retraite de président de la République (entre 9 et 12 millions Fcfa), son épargne et l’aide de quelques amis. Le responsable libéral qui était l’invité hier de « Grand Jury » de la « Rfm », a évoqué d’autres sujets d’actualité comme le statut de chef de l’opposition.

Depuis son départ du pouvoir en 2012 et sa décision d’aller vivre à Versailles, (France) en compagnie de son épouse, Me Abdoulaye Wade logeait, lors de ses séjours à Dakar, chez Me Madické Niang à Fann Résidence. Mais depuis la brouille entre le pape du Sopi et son ancien ministre des Affaires Etrangères, le couple Wade a pris ses quartiers dans un hôtel de la place. Lors de l’émission «Grand Jury» d’hier sur la «Rfm», Me Amadou Sall a expliqué pourquoi l’ancien Président de la République ne loge dans sa célèbre du Point E.

Estimant que beaucoup de Sénégalais se posent cette question, l’avocat soutient : «C’est triste à dire, mais la maison du Point E avait été saisie. Aujourd’hui, des instructions ont été données pour une annulation de la saisie, mais Abdoulaye Wade ne pouvait pas décemment terminer un chantier sur une maison saisie», explique l’ancien garde des Sceaux, ministre de la Justice. Et pour achever aussi les réfections entamées sur cette maison, le pape du Sopi comptait sur ses épargnes, mais cet argent n’a pas pu lui permettre de poursuivre le chantier.

«Il a une pension de retraite et de l’argent qu’il avait gardé, sans compter l’aide de quelques amis avec lesquels il voulait terminer la maison, mais Abdoulaye Wade qui est un homme généreux a donné tout cet argent à des personnes qui en avaient besoin. Il faut dire les choses telles qu’elles sont, même si la maison située au Point E est remise à sa disposition, il reste qu’il est difficile de la terminer», révèle Me Amadou Sall.

FAST-TRACK, STATUT DE CHEF DE L’OPPOSITION

L’ancien garde des Sceaux, ministre de la Justice a évoqué d’autres questions d’actualité comme le statut de l’opposition. Pour le responsable libéral de Thiaroye, l’idée vise à liquider politiquement Me Wade et le Parti Démocratique Sénégalais (Pds). Une démarche qui l’irrite foncièrement. Haussant le ton, Me Sall martèle : «Wade s’en fout d’être chef de l’opposition. Maintenant qu’on ne participe pas à une élection, on veut se précipiter pour créer un chef de l’opposition. Ce n’est pas parce qu’on a pas pris part à une élection qu’on est mort». A propos de la dernière élection présidentielle, l’avocat considère que Me Wade a eu raison sur tout le monde.

«Il n’y a pas eu de consensus sur le fichier électoral, de même que sur la loi sur le parrainage. Dans le camp de la mouvance présidentielle, personne n’en parle. Nous savons exactement comment cette élection a été truquée. Nos experts y travaillent», affirme-t-il. A l’en croire, un rapport va être publié pour montrer la méthode utilisée par le Président Macky Sall et son régime pour avoir un deuxième mandat. Le Fast-Track, l’expression en vogue ces temps-ci dans la galaxie Macky a été tournée en dérision par Me El Hadji Amadou Sall. «Si aller plus vite, c’est se tromper de numéro de téléphone et appeler un président de la République à la place d’un chef de l’opposition, alors là pourquoi parler anglais pour frimer. Un gouvernement ne frime pas», ironisé le responsable libéral.

Toutinfo.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here