Pour Cheikh Tidiane Gadio, la MINUSMA doit disposer d’un mandat offensif au Mali

Le président de l’Institut panafricain de stratégies (IPS), Cheikh Tidiane Gadio a souligné que la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) doit être dotée d’un mandat offensif afin d’imposer la paix dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

« L’Organisation Nations-Unies devraient donner à sa mission au Mali un mandat offensif contribuant à imposer la paix, y compris par les armes. C’est en ce moment-là que la collaboration avec les forces armées maliennes sur le terrain aurait beaucoup plus d’impact », a-t-il déclaré.

Il intervenait lundi à la réunion annuelle du Mécanisme d’alerte précoce et de réponse de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (ECOWARN) ouvert le même jour à Mbour.

« La situation au Mali est au centre de la crise du terrorisme dans notre continent. A l’IPS, nous avons développé ce que nous appelons l’inflation et le télescopage des opérations militaires et celui des agendas au Mali », a notamment dit Cheikh Tidiane Gadio.

L’ancien ministre sénégalais des Affaire étrangères a exprimé son étonnement par rapport à la pléthore d’intervenants dans le conflit malien en citant, citant l’opération Barkane (initiative française), l’armée malienne, les milices d’auto-défense, les groupes terroristes, les organisations criminelles.

« Tout cela ajoute à la confusion. La MINUSMA ne peut pas avoir un mandat de mandat de maintien de la paix au Mali, point, à la ligne. On maintient une paix qui existe, hors le Mali lutte pour avoir la paix », a insisté Gadio.

Selon lui, ce pays lutte pour se libérer. Il se situe dans une phase offensive pour se défendre, contrecarrer les visées des terroristes et arrêter tout processus de séparatisme.

« Nous sommes convaincus que le Mali, avec ses 1, 2millions de km2, ne peut pas être défendu par 20 000 ou 30 000 hommes, surtout quand on est attaqué de toute part. Le Mali a besoin de forces africaines combattives, des troupes d’élite prêtes à entrer dans ce pays et à l’accompagner pour sa libération totale », a ajouté le président de l’IPS.

APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here