Une bande de cyber-Escrocs nigérians démantelée à Ouest-Foire

Se présentant dans ses mails comme un riche canadien qui dispose de postes vacants dans son entreprise basée au canada, E B Odalo, nigérian, se faisait envoyer par des postulants, des milliers de frais d’inscription. Il ciblait des chinois, japonais, canadiens et Américains. Domicilié à Ouest-Foire, il a fait venir au Sénégal une dizaine de compatriote pour mieux étendre ses tentacules. En tout, 15 suspects ont été déférés la semaine dernière par la Division spéciale de la cyber sécurité, pour association de malfaiteurs, trafic illicite de migrants, faux et usage de faux et escroquerie en bande organisée via Internet.

La Division spéciale de cybersécurité (Dsc) a frappé un grand coup en mettant fin aux agissements d’une bande organisée qui s’activait dans le «phishing», qui signifie hameçonnage en français. C’est une technique dite de «social engineering» ayant pour but de dérober à des individus leurs identifiants de connexion et mots de passe ou leurs numéros de cartes bancaires.

Le cerveau de la bande, E B Odalo, qui a loué un appartement à 300 000 Fcfa à Ouest-Foire, a fait venir du Nigéria, 15 compatriotes pour l’assister dans le sale boulot. Se faisant passer pour un riche directeur d’une société basée au Canada, qui évolue dans le fret aérien, pour mieux appâter ses victimes, il disait dans ses mails, disposer de postes vacants dans son entreprise. Puis, il réclamait des documents administratifs et à la fin du mail, recommandait aux candidats d’envoyer des frais de dépôt de dossier.

Toujours dans leurs activités illicites, E B Odalo et ses présumés complices, à travers de faux profils, contactaient leurs cibles en leur demandant le montant de leur salaire, la photocopie recto verso de leur carte d’identité, carte bancaire en cours de validité, en échange d’un colis contenant une forte somme d’argent qui n’existe que dans leur imagination.

Par ailleurs, les investigations menées par la Dsc ont permis de découvrir qu’E B Odalo évoluait aussi dans le trafic de migrants. Il a fait venir ses compatriotes âgés entre 18 et 20 ans, dans le but de les exploiter. Chacun avait à sa disposition un ordinateur connecté à Internet.

Dans l’appartement, il a été trouvés 16 ordinateurs portables, 24 téléphones portables, des clés Usb, clés Internet, plusieurs cartes bancaires. L’exploitation des supports saisis a permis de découvrir des documents cachés et stockés dans les ordinateurs et les téléphones portables. Ce sont,entre autres, des photos d’identité de tierces personnes de nationalité Nigériane, Chinoise, Ghanéenne, destinées à créer des profils usurpés sur les réseaux sociaux, des cartes bancaires, de faux passeports des Etats Unis d’Amérique (Usa) scannés. Parfois, un même numéro a servi à établir trois passeports avec différentes filiations.

Interrogés sur leur présence au Sénégal, les présumés complices d’Odalo ont tenté, sans convaincre de nier les faits, soutenant qu’ils sont venus à Dakar par hasard, pour fuir les tueries et kidnapping dans leur pays, suite à des tensions électorales. L’enquête a révélé qu’Odalo était au courant de leur venue, puisque c’est lui qui adonné des indications précises au taximan depuis l’aéroport de l’Aibd jusqu’à son domicile à Ouest-Foire.

Les 16 suspects trouvés dans l’appartement ont été déférés devant le Procureur pour association de malfaiteurs, trafic illicite de migrants, faux et usage de faux et escroquerie en bande organisée via Internet.

(Hadja Diaw GAYE) / l’AS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here