« La meilleure arme c’est les études », lance la 1ère dauphine de miss Sénégal

Les études sont une porte d’entrées au succès. C’est ce que semble dire Anta Diatta, étudiante agée de 22 ans et sacrée Miss Sédhiou puis Première Dauphine Miss Sénégal 2019. C’est une belle liane à la tige droites élancée « cultivée et très classe ». Née à Sédhiou, la jeune fille a fini de convaincre toute une région voire une nation.

Après avoir obtenu son Baccalauréat, elle s’est inscrite à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG), de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar pour y poursuivre son rêve et sa passion. Elle s’est confiée à Xalat. Info.Morceaux choisis : « Je m’appelle Anta Diatta, originaire de la Casamance, région de Sédhiou. Je suis étudiante en deuxième année à la FASEG, à l’Ucad. J’ai été couronnée Miss Sédhiou. Je suis également la première dauphine Miss Sénégal 2019.

J’ai participé à cette élection parce que, j’ai rempli tous les critères qu’on a demandés. Je mesure un mètre soixante-quinze ; j’ai vingt-deux ans. Quatre ans de plus que l’âge demandé. Le niveau d’étude compte également. Mais pour tout vous dire, c’est un rêve pour moi. Depuis toute enfant, j’avais toujours cette idée. Parce que j’ai toujours aimé la mode. Et je me suis dit qu’un jour je serai l’ambassadrice de ce pays parce que rien n’est impossible.

Pour preuve, j’ai eu à tenter des élections et à chaque fois que j’y participe, je suis élue reine. Après réflexions, je me suis dit qu’il n’est plus question de m’arrêter en si bon chemin. D’où l’idée de participer à l’élection Miss Sénégal. Car j’ai déjà le potentiel. Et pour aussi montrer à la population de Sédhiou qu’une Miss Sénégal peut bel et bien être originaire de cette région. Voilà…J’étais très contente du résultat. Mais, mon souhait le plus ardent c’était la couronne. Etre Miss Sénégal. Je remercie le Bon Dieu pour ce rang. Je suis sur le podium comme première dauphine. Certaines n’ont pas eu cette position.

Je ne conteste pas le résultat d’autant plus que la Miss est aussi originaire de la Casamance toute comme moi. C’est une fierté pour nous. Je la félicite une fois de plus pour cette couronne. Il n’y a pas de secret. Il suffit de s’engager et avoir de la motivation. Personnellement, j’ai dit à mes parents et amis qu’un jour je serai Miss Sénégal, mais les gens n’en croyaient. Mon engagement m’a donné raison. Aujourd’hui tout le monde est fier de moi, mes parents en premier. Nous étions quatorze Miss à représenter, chacune sa région. Les filles étaient toutes gentilles, joviales.

On a eu à former une famille. Nous avons gardé de bonnes relations. On s’appelle toujours. Et j’en suis persuadée que nous resterons toujours des sœurs. Quelles bonnes ambiances ! Ma relation avec la Miss Sénégal était plus que meilleure. On était toutes confiantes avec le seul objectif de remporter la couronne. Dieu merci ! C’est la Casamance qui a gagné, bref c’est le Sénégal. Je veux restaurer une paix définitive en Casamance. Bien vrai que les gens en parlent mais elle n’est pas définitive. Ceux qui y vivent savent de quoi je parle.

Je vais adopter des méthodes stratégiques et efficaces pour une paix définitive. Je sais bien que ça ne sera pas une tâche aisée parce que je suis la première dauphine et non la Miss Sénégal. De ce fait, en synergie avec mon comité, j’en parlerai avec les ONG, les bonnes volontés et les responsables communales. Je veux aider les enfants. Ils sont l’avenir de ce pays. C’est pourquoi il leur faut une vie meilleure. Pour ma région, Sédhiou, je veillerai à ce qu’ils aient des lieux publics. Ils peuvent se divertir pendant les vacances.

Ce qui pourrait les rendre heureux. Et si un enfant est heureux tu pourras le lire à travers son parent. La jeunesse ne sera pas en reste dans tout cela. Les aider à adopter des stratégies pour réussir leurs vies, c’est mon souhait le plus ardent. C’est pourquoi je conseille à cette jeunesse d’étudier s’ils ont des possibilités. C’est la meilleure arme. Ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller ou de rester longtemps à l’école ne doivent pas baisser les bras.

Je « consomme » très bien la musique Sénégalaise. Mes artistes préférés resteront toujours Youssou Ndour et Viviane Ndour. A l’étranger, Dadju et Aya Nakamoura me vont vibrer. En tant que sénégalaise, à plus forte raison Balante originaire de la Casamance, j’aime le « mbatù bross », l’un des plats préférés des Balantes. Le « Thiébou Djeune », j’en raffole…(Rire). Je sais faire la cuisine. La gym et le basket sont mes sports préférés. J’ai fréquenté le Sédhiou Basket Club(SBC) jusqu’en 2016. Le sport m’a beaucoup aidée.

D’ailleurs, je le recommande à tout le monde. (Rire…) J’aime la politique comme tout sénégalais mais une politique de vérité. Certaines injustices me donnent envie d’être politicienne afin de venir en aide aux innocents. Les jeunes n’ont pas de travails. On doit se lancer dans la politique d’industrialisation pour aider cette jeunesse qui ne sait plus où mettre la tête. Cela pourrait réduire l’émigration. Je remercie toutes les personnes qui ont contribué à mon succès. Grâce à elles, j’ai occupé le rang de première dauphine.

Les comités avec lesquels je garde toujours de bonnes relations. Je ne peux pas oublier la communauté Balante. Je serai toujours redevable à cette communauté. Ces gens, par leurs conseils, soutiens quels qu’en soient, m’ont permis de montrer à la face du monde la riche culture Balante. Ils ont cru en moi. Je tiens à dire que ce n’est qu’une partie remise. Je les remercie infiniment ».

sedhiounews.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here