Une étude révèle que la victoire de Macky dès le 1er tour est acquise depuis 2018

Les dés étaient déjà jetés depuis le mois d’octobre 2018. Une série de sondages menée par des experts montre, d’une part, en effet que la victoire du Président sortant était acquise depuis cette date, et d’autre part, que Ousmane Sonko et Idrissa Seck ont bénéficié de l’exclusion de la course à cette présidentielle de Karim Wade et de Khalifa Sall.

Une étude révèle que la victoire du Président sortant, Macky Sall, était déjà acquise depuis octobre 2018. Depuis cette période, le candidat de Benno se trouve entre 57 % et 58 %. «Macky Sall réalise ses meilleures performances chez les femmes, dans la zone Nord, chez les personnes sans formation formelle ou n’ayant pas atteint le cycle d’enseignement moyen et chez les personnes de plus de 50 ans», indique notre source. Qui révèle par ailleurs que les électeurs de Benno aux législatives de 2017 ont voté à plus de 80 % en faveur de Macky Sall. A en croire cette étude, les intentions de vote en faveur de Macky Sall avoisinent les 57 % sauf en avril 2018 et en juillet 2018 où elles atteignent un plus bas niveau à 51 % en avril puis 54 % en juillet. D’après cette étude, les scores de Macky Sall chez les quatre groupes: «femmes», «nord du pays», «plus de 50 ans» et «sans éducation formelle» dépassent d’au moins 5 points son taux au niveau national. En revanche, note-t-elle, dans toutes les catégories, «Homme», «18-34 ans», «Régions de Dakar-Thiès», «BAC+», ses intentions de vote sont inférieures d’au moins 5 points à son score national. «Il réalise son plus mauvais taux dans le groupe BAC+ avec un niveau continuellement en baisse et qui atteint au soir de l’élection un écart négatif de 26 points avec son score national. Sur toute la période, la polarisation des sympathisants de Macky Sall s’accentue. En effet, il réalise continuellement des progrès relativement à son score national dans ses groupes captifs et déclinent dans ses groupes hostiles», explique le document.

L’étude montre également que les groupes hostiles de Macky Sall sont presque parfaitement les catégories captives de Ousmane Sonko. En effet, à partir de janvier 2019, il surperforme son niveau national d’au moins 5 points dans le groupe, «18-34 ans», et d’au moins 10 points dans les trois catégories, «18-34 ans», «ayant débuté un cycle secondaire» ; «zone Sud». «Ousmane Sonko surclasse son score national chez les -34 ans, les BAC+, dans la zone Sud et chez les Hommes», souligne le document, ajoutant que le leader de Pastef est celui qui enregistre la plus forte progression de ses intentions de vote pendant l’année 2018. Mais d’après cette étude, Ousmane Sonko a profité de l’exclusion de Karim Wade et de Khalifa Sall. A en croire notre source, il aurait eu 7 % des voix (au lieu de 15,67 % au sortir du 24 février), dans le scénario d’une participation de Karim Wade et Khalifa Sall à l’élection. «Cela correspond à un report de voix d’un peu plus de 8 points de pourcentage en provenance des électeurs potentiels de Karim Wade et Khalifa Sall. Ousmane Sonko a donc pu doubler son score, lorsque les candidatures de Karim Wade et Khalifa Sall ont été invalidées», souligne le document.

Cette étude montre que Idrissa Seck a également bénéficié de l’exclusion de la course à la présidentielle de Khalifa Sall et de Karim Wade. «61 % des électeurs de Manko Taxawu Sénégal ont voté pour Idrissa Seck lors de la présidentielle. Idrissa Seck récupère 37 % des électeurs de Abdoulaye Wade lors des législatives contre un report de 16 % en faveur de Macky Sall et 19 % au bénéfice de Sonko», explique notre source, indiquant que Idrissa Seck entame une progression significative après l’invalidation des candidatures de Khalifa Sall et Karim Wade alors que pendant toute l’année 2018, il affiche un score quasi constant à 3 %. «Idrissa Seck aurait eu 5 % des voix (au lieu de 20,51 % au sortir du 24 février), dans le scénario d’une participation de Karim Wade et Khalifa à l’élection. Cela correspond à un report de voix en provenance des électeurs potentiels de Karim Wade et de Khalifa Sall de 15,5 points de pourcentage obtenu lors de l’élection. Idrissa Seck est donc le principal bénéficiaire de l’invalidation de Karim Wade et Khalifa Sall», souligne notre source. «Pendant toute l’année 2018, Idrissa Seck affiche dans toutes les catégories de la population des scores comparables à celui de son chiffre au niveau national. En 2019, des écarts significatifs avec son score national apparaissent dans les groupes qui se distinguent chez Karim Wade et Khalifa Sall. Idrissa Seck récupère 37 % des électeurs de Abdoulaye Wade lors des législatives contre un report de 16 % en faveur de Macky Sall et 19 % au bénéfice de Sonko», dit-elle encore.

Ainsi, Idrissa Seck et Ousmane Sonko, arrivés respectivement deuxième et troisième ont été les grands gagnants de l’exclusion de Khalifa Sall et de Karim Wade, puisque d’après l’étude, les indécis et les électeurs de tous les prétendants non présents à l’élection ont voté très majoritairement en faveur de Idrissa Seck et de Ousmane Sonko. «Depuis octobre 2018, alors que Macky Sall culminait entre 57 % et 58 %, le cumul de Ousmane Sonko et de Idrissa Seck est inférieur à 20 % sur toute la période, hors électeurs indécis ou qui ne se prononcent pas», d’après le document.

Enfin, cette étude révèle que le candidat du Pur, Issa Sall se retrouve sur toute la période à des niveaux inférieurs à son score aux élections législatives.

Cette série de sondages a été menée sous la conduite de Moubarack Lo, Amaye Sy et Moussa Diaw dans tous les départements du pays, avec des échantillons de 3 600 à 6 000 personnes

Charles Gaïky DIENE / Walf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here