DIX LEÇONS D’UN SCRUTIN (Par Mamadou Moustapha Fall, CRIC)

Le Sénégal vient d’effectuer la onzième élection présidentielle de son histoire. Les résultats provisoires sortis des urnes et proclamés le jeudi 28 février 2019 par la Commission nationale de Recensement des Votes sont sans appel. Le candidat sortant, Macky Sall de la coalition Benno Bokk Yaakaar, écrase la concurrence en passant largement au premier avec un taux record de  58,27 % sur un total de 4 383 879 suffrages valablement exprimés. Il est suivi d’Idrissa Seck de la coalition Idy 2019 crédité de 898.674 voix soit 20,50 %, d’Ousmane Sonko  de la coalition Sonko Président classé troisième avec 687.065 voix, soit 15,67 %, d’Issa Sall classé quatrième avec 178.533 soit 4,07 % et de Madické Niang qui ferme la marche avec 65.002 voix soit 1,48 %. Quelles leçons devons-nous tirer de ce scrutin ?

1ère leçon : Le peuple sénégalais a encore une fois montré tout son sens de la responsabilité. Les électeurs se sont rendus massivement aux urnes comme le taux de participation de  66,23 % le reflète. Ils ont procédé au vote avec élégance et se sont rendus tranquillement chez eux. Ce qui n’est point une surprise.

2e leçon : Les observateurs nationaux comme internationaux (CENA, UE, CEDEAO, etc.) ont unanimement salué l’excellente organisation du scrutin et la grande maturité du peuple sénégalais qui a encore une fois montré l’exemple.

3e leçon : Le vote s’est déroulé dans le calme absolu avec la mise en place à temps du matériel électoral et la perfection des dispositions sécuritaires. C’est tout à l’honneur du ministère de l’Intérieur dirigé par M. Aly Ngouille Ndiaye qui mérite des félicitations nourries ainsi que ses collaborateurs, l’Administration territoriale, les forces de défense et de sécurité, la Direction générale des Élections, les missions diplomatiques, etc.

4e leçon : Le grand professionnalisme du juge Demba Kandji, président de la Commission nationale de Recensement des Votes et des magistrats qui ont dirigé les Commissions départementales de Recensement des Votes.

5e leçon : Le vote affectif a été un élément clé du scrutin avec une orientation d’une grande partie des suffrages des électeurs sur le fils du terroir. Il en est ainsi de Macky Sall qui engrangé des scores fleuves dans les régions de Fatick et Matam, d’Idrissa Seck qui a dominé à Thiès et d’Ousmane Sonko qui a été premier à Ziguinchor. Malgré toutes ses réalisations à Touba qui sautent aux yeux, Macky Sall a été devancé dans la ville Sainte.

6e leçon : Les programmes de campagnes ont été déterminants dans les choix des électeurs surtout dans la région de Dakar qui a basculé carrément dans le camp de Benno Bokk Yaakaar. En effet, le discours du candidat Macky Sall a mieux collé avec les préoccupations des Sénégalais que ceux de l’opposition qui ont le plus tourné autour du rejet du leader de Benno Bokk Yaakaar sans proposer une offre alternative. Les efforts déployés par les lieutenants du Président Macky Sall (qui n’ont pas suivi le candidat dans son périple national contrairement aux Alliés d’Idrissa Seck qui l’ont suivi) et les réalisations ont grandement pesé dans la balance.

7e leçon : Le monde rural a plébiscité le président Macky Sall du fait des effets des programmes spéciaux comme les Bourses de sécurité familiale, le PUDC, le PUMA. Ainsi même dans les départements de Thiès et Ziguinchor où Benno Bokk Yaakar a été devancé dans la métropole, les zones rurales ont été favorables au président Macky Sall.

8e leçon : Le nombre de personnalités politiques dans une coalition ne garantit toujours pas un accroissement des voix. L’illustration la plus parfaite est apportée par la coalition Idy 2019 dont l’écrasante majorité des membres sont battus dans leurs propres fiefs : Bamba Dièye à Saint-Louis, Khalifa Sall à Grand Yoff, Barthélémy Diaz à Mermoz Sacré Cœur, Amsatou Sow Sidibé au Point E, Pape Diop à Dakar, Malick Gakou à Guédiawaye, etc.

9e leçon : L’opposition n’a pas été du tout fair-play. Elle a été au début et à la fin des opérations électorales avec des représentants dans tous les compartiments de la hiérarchie électorale : bureau de vote, centres de votes, commissions départementales, commission nationale. Elle a assisté à la proclamation des résultats dans les bureaux de vote, dans les préfectures et à la Cour d’Appel de Dakar. Les premières salves d’une fuite en avant de l’opposition ont retenti quand les tendances ont commencé à tourner en faveur du candidat Macky Sall.

10e leçon : Les Sénégalais ne se laissent plus embarquer par des propos de politiciens va-t-en guerre. Malgré la diabolisation qui frise la haine que la décence nous interdit de reprendre, malgré les invectives qui n’ont rien à envier à l’insolence, malgré la foultitude de fake news, les unes plus farfelues que les autres, malgré les scénarii catastrophiques qui n’ont pas ébranlé les Sénégalais, malgré les menaces de doux rêveurs avides de pouvoir, les électeurs ont choisi tranquillement et intelligemment, départageant ainsi les cinq candidats.

Il est demandé à ces dits candidats d’accepter le verdict des urnes par respect pour le peuple souverain. Ce scrutin montre en définitive que quand le peuple est appelé à parler, il le fait de la manière la plus claire, en toute indépendance et en toute connaissance de cause.

Félicitations au vainqueur Macky Sall ; encouragements à ses concurrents Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Issa Sall et Madické Niang.

Vive le peuple sénégalais grand, joyeux et justifié.

Mamadou Moustapha FALL,

Coordonnateur de la Cellule républicaine d’information et de Communication (CRIC),

moustaphaby2000@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here