Mountaga Sy soupçonné d’être à l’origine de l’attaque de la caravane de Sonko au Fouta

A quand la fin des violences dans les campagnes électorales ? La caravane de Ousmane Sonko a été pris pour cible lundi 18 février 2019  au Fouta par les éléments de la sécurité de la coalition Benno Bokk Yaakaar. L’accrochage a eu lieu à hauteur de Aéré Lao. 

Selon l’envoyé spécial de Seneweb, la situation a été particulièrement tendue. «Dans la ville, il y a eu des jets de pierres attribués aux militants de Benno bokk yaakaar. La sécurité de Sonko a réagi avec excès. Les éléments ont littéralement malmené les auteurs des jets de pierres. L’un d’eux, portant un ensemble demi-saison bleu, a été envoyé à terre, avant d’être roué de coups de pieds. Il a fallu l’intervention d’autres personnes du convoi pour le sauver, sinon le pire aurait pu se produire», a souligné le reporter de ce site d’informations générales qui ajoute que les forces de  l’ordre n’ont pas pu intervenir convenablement pour endiguer cette montée d’adrénaline des belligérants parce que submergés par la tournure des événements.

«Plus grave encore, un jeune identifié comme étant parmi les fauteurs de trouble a été malmené. Pour se sauver, il est allé se réfugier derrière un gendarme. Les éléments de la sécurité l’ont récupéré pour continuer le passage à tabac. L’homme de tenue n’avait que ses yeux pour constater. ‘Arrêtez, ça suffit’, disait-il, pendant que le jeune avait la tête sous l’aisselle du gendarme pour se protéger des coups. A deux reprises, un jeune homme a été placé de force dans un pick-up avant que le véhicule ne démarre en trombe pour ne revenir que quelques minutes plus tard. L’on ne saurait dire ce qu’il en est advenu. L’un des jeunes a été cueilli devant chez lui, laissant sa famille en pleurs», narre-t-il. A l’en croire, «la riposte a été trop musclée,  même si la provocation et les jets de pierres sont venus de l’autre camp».

D’après les leaders locaux du Pastef ; ce sont les partisans du maire de la Commune de Aéré Lao, en l’occurrence le directeur général de l’Apix, Mountaga Sy, qui sont à l’origine de ces heurts. «Avant l’arrivée du convoi, ils nous ont trouvés ici, ils nous ont insultés, ils ont tout fait pour saboter notre manifestation», soutien Yéro Sanghott, venu de Dubaï spécialement pour l’élection.

WalfQuotidien  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here