Pape Diop exige l’annulation du système de parrainage

Après l’invalidation de sa candidature, Pape Diop compte attaquer la décision du Conseil constitutionnel. Il l’a annoncé à la presse samedi dernier. Le président de la coalition Pape Diop 2019 trouve que le Conseil Constitutionnel et la société civile n’avaient pas les moyens de contrôler le logiciel mis en place par Macky Sall et son ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye en vue d’obtenir un 2ème mandat. Par conséquent, l’ancien président du Sénat exige l’annulation du système de parrainage. Le cas contraire, il exige d’être rétabli dans ses droits, à travers la validation au minimum de 3000 de ses signatures.

 

«Le mandataire de la coalition Papa Diop 2019 a reçu notification du procès verbal de vérification des parrainages déposés pour ma candidature. Le procès-verbal a retenu ce qui suit : nombre de parrainages fournis : 65.781, rejets susceptibles de régularisation : 17.160, rejets pour autres motifs : 15.196, nombre de parrainages validés : 33.426. Mais d’ores et déjà, je peux vous informer que mes avocats ont déposé un recours devant le Conseil constitutionnel, pour l’amener à rapporter la décision d’invalidation de ma candidature qui ne repose sur aucun motif légal», a déclaré Pape Diop. Selon le leader de la coalition Papa Diop 2019, le contrôle du parrainage s’est fait de façon non contradictoire. «Le mandataire est convoqué pour déposer ses fiches de parrainage et le support électronique. À la séance de vérification, aucune possibilité ne lui est donnée pour apporter des objections du fait qu’on lui présente les résultats de vérification déjà établie.  C’est dans ces conditions que le président du Conseil Constitutionnel l’informe du nombre de parrainages invalidés », explique l’ancien président du Sénat avant d’ajouter : «pour notre cas, le procès verbal indique 7.572 parrains invalidés au motif qu’ils ne sont pas des électeurs et 1543 de région de vote non conforme. Or, il est manifeste que ces parrains sont des électeurs disposant d’une carte d’identité Cedeao, d’un numéro d’identification national et d’un numéro de carte d’électeur qui ont disparu du fichier électoral mis à la disposition du Conseil Constitutionnel par le ministre de l’Intérieur. Ces parrains ne peuvent pas être des non électeurs, car ils remplissent toutes les conditions exigées par la loi». Particulièrement amer, il souligne que c’est la même situation pour les parrainages invalidés au motif de région de vote non conforme. «La plupart de ces personnes figurent bel et bien sur le fichier électoral. Mais, en raison des différentes modifications, elles sont transférées dans d’autres régions. C’est pourquoi l’invalidation de leurs parrainages n’est pas justifiée», tonne-t-il. Pape Diop refuse systématiquement d’accepter l’invalidation de sa candidature à cette étape de la procédure. A l’en croire, la loi sur le parrainage a montré toutes ses limites, car ses conditions d’application ne permettent pas au candidat de s’assurer de la sincérité des opérations de contrôle. «Ils ont mis en place un logiciel que ni la société civile, ni le Conseil Constitutionnel ne maitrisent», affirme Pape Diop qui trouve que cette situation relève de la responsabilité du ministère de l’Intérieur et du Président Macky Sall. «Car Macky Sall a une obsession pour le 2ème mandat et il fait tout son possible pour truquer ces élections. C’est la raison pour laquelle lui et Aly Ngouille Ndiaye ont mis en place cette opération pour forcer le 2ème mandat. Et pour rien au monde, ils ne comptent la changer. Donc cette situation n’est pas de notre faute. Par conséquent, nous demandons à être rétablis dans nos droits et exigeons ne serait-ce que la validation de 3000 signatures». Pour l’heure, la coalition n’a pas adopté un plan d’action pour contraindre le Conseil constitutionnel à donner une suite favorable à leur recours. Mais, si jamais leur recours est rejeté, l’opinion sera informée des actions qu’ils comptent entreprendre.

( Mama Katherine DIOUF )

Powered by WPeMatico

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here