Hommage à l’Imam Thierno Ali Diallo (par Le Colonel Gaye)

                  HOMMAGE A L’IMAM THIERNO AMI DIALLO

                                 FIGURE EMBLEMATIQUE DE L’ISLAM A KOLDA

     Au nom de Dieu le Tout  Miséricordieux le Très Miséricordieux

« Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’ALLAH, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur SEIGNEUR, bien pourvus»
(Sourate 3 Al Imran, Versets 167 à 169)
 ».

Il est  certes vrai que toute l’eschatologie coranique consiste en une préparation de l’âme humaine à admettre l’inéluctabilité de la mort afin d’en supporter l’épreuve fixée par un « décret » divin ; toutefois, la disparition soudaine de notre vénéré cher père et ami Imam Thierno Ali DIALLO, imam de la mosquée du quartier Bouna Kane de Kolda, que le destin implacable et inexorable vient d’arracher à notre affection en cette fin de journée du vendredi 26 octobre 2018 à Kolda, nous aura marqués au plus haut point.

Son retour discret vers le Seigneur a plongé le Sénégal dans l’émoi, laissant derrière lui une famille bouleversée, des amis blessés, des fans déboussolés, mais aussi et surtout son quartier de Bouna Kane et son mythique village de Soukou meurtris.

L’évocation du seul nom de Thierno Ali suscite moult souvenirs et sensations parce que l’homme a marqué à la fois son temps et ses contemporains, par son charisme, son ascétisme, son immense savoir et son mysticisme.

Guide religieux d’une grande sollicitude, Imam Thierno Ali estimé par ses proches, respecté par ses condisciples et adulé par disciples, s’en est allé comme il a vécu, humblement, discrètement, courageusement et dignement. Le Fouladou retiendra de l’homme un guide éclairé, un leader généreux, dynamique et avenant. Jamais les soubresauts et autres propensions matérielles de ce bas monde, jamais sa candeur légendaire ne s’étaient confondus chez lui avec la tentation de l’abandon ou du désespoir. Il a honoré son terroir et sa patrie de la plus belle manière par un comportement citoyen irréprochable qui place la vertu et le devoir au cœur de toutes ses actions, fidèle à l’enseignement de Saint Exupery, je cite « le bonheur de l’homme n’est pas dans la liberté, mais dans l’acceptation d’un devoir et n’espère rien de l’homme s’il travaille pour sa propre vie et non pour son éternité » fin de citation.

Cher Thierno, vous resterez à jamais ce modèle de guide religieux atypique, toujours soucieux des autres, fidèle en amitié et excellent père de famille. Les forces de défense et de sécurité de la Zone militaire n°6 de Kolda et de Sédhiou te pleurent encore, parce que tu les avais habitués à honorer de ta présence généreuse leurs cérémonies.

En effet, Thierno Ali avait la grandeur et la simplicité des grandes âmes. Son enthousiasme modéré de tous les instants, sa bravoure, son sens de l’humain inaltérable et foi contagieuse suffisaient pour galvaniser les plus sceptiques et les moins convaincus. En définitive, Imam Thierno est de cette trempe des leaders héroïques et vertueux qui ont laissé un beau nom à la postérité. En témoignent ses multiples daaras et talibés qu’il entretenait pour faire vibrer le coran et la charia dans leurs cœurs et dans toute la Ummah, ainsi que ses ziarras mémorables qui mobilisaient ses disciples venus de partout, de l’arrière-pays et de la diaspora sous-régionale.

Le vide créé par la disparition de notre cher Imam est incommensurable, parce que l’homme avait une parfaite affinité avec le livre saint, dans lequel se résume toute la vie d’ici bas et de l’au-delà. C’est pourquoi, il n’accordait pas d’importance aux affaires mondaines, préférant la discrète retraite spirituelle dans son fief de Soukou qu’il affectionnait tant.

Thierno a employé sa vie toute entière à son combat pour la science ésotérique et exotérique, à la méditation et à la quête insatiable des secrets divins.  Exégète et  imam hors pair, discret à l’extrême, d’une rare modestie et d’une humilité légendaire, le sage de Soukou était parvenu à un degré de piété inestimable, semblable à ceux de son envergure dont  l’éternel a révélé à son prophète  « Parmi les croyants, se trouvent des hommes, sincères envers l’engagement à Dieu. Certains ont tiré leur révérence, alors que d’autres attendent leur heure, mais tous n’ont pas failli à leur conviction » (sourate El Ahzab).

Le timbre de sa voix qui retentit encore comme un leitmotiv dans nos cœurs nous laissait sans voix. Modeste, pieux, silencieux et désintéressé, franc et courageux de ses idées, il incarnait à la fois la sagesse et l’intelligence.

Pour les jeunes et les imams il était une référence, un guide au talent hors pair et exceptionnel qui gagne rapidement le cœur et les esprits de tous les fidèles qui l’approchent. En définitive, ce grand serviteur de l’islam et érudit hors pair qui a toujours consacré sa vie à la propagation de la parole divine et à la propagation des préceptes de l’islam était aussi connu pour son combat pour la dignité humaine grâce à son culte du travail. Thierno Ali, homme d’une piété remarquable et d’une bonté inégalée s’en est allé. Pétri de valeurs, il s’était couvert d’un manteau de simplicité et d’effacement fascinant durant toute sa vie.

Cher Imam Thierno, nous voici donc arrivés à la croisée des chemins. Rejoignez donc en paix le monde des immortels, en ayant la claire conscience que vous avez servi l’islam et la communauté du Fouladou-Pakao-Balantacounda avec honneur et dignité, conformément à votre vocation sacerdotale ; le sage avait raison, disait Bénigne Bossuet, que, je cite « nous ne pouvons rien de la gloire des âmes extraordinaires parce que leurs seules actions peuvent les louer, car toute autre louange languit auprès des grands noms. » fin de citation.

Cher Thierno, notre reconnaissance, notre fierté, notre respect, notre estime sont immenses autant que notre peine. Vous avez su allier l’humilité et la serviabilité, la pensée et l’action, le courage et la témérité, la foi et l’espérance, la grandeur et la gloire,  l’honneur et les honneurs, servir et rendre service. Votre parcours exceptionnel vous a conduit inéluctablement au temple des immortels, car avec votre disparition, le Fouladou vient de perdre  un érudit  de très grande valeur et le Sénégal un de ses meilleurs fils. Vos talents de régulateur social et de médiateur malheureusement très méconnus du grand public manqueront très certainement à vos disciples et amis qui venaient très souvent s’abreuver à votre source intarissable de sagesse et de savoir.

Repose en paix Imam. Que les immenses sacrifices consentis au service de l’islam et de votre pays vous ouvrent grandement les portes du paradis éternel. Dieu tout puissant, que votre miséricorde s’étende sur l’âme du CheikhThierno Ali DIALLO que vous venez de rappeler à vous, Puissent les épreuves qu’il a subies sur la terre lui être comptées et nos prières adoucir et abréger les peines qu’il peut encore endurer comme esprit.

Certes, nous savons que la mort n’est pas une absence, mais un autre mode de présence, aussi, nous te demandons l’Esperance de continuer de vivre avec cet être cher qui nous a quittés et d’avoir un jour la joie de le retrouver en famille dans le ciel. Amen.

                         Ina lilahi wa ina ileyhi rajihoune

                  Allahouma ikhfirlahou, warhamhou. Amine

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

18 − quatorze =