La Une des quotidiens de ce 17 novembre 2018

Plusieurs sujets ont garni les Unes des quotidiens parus ce samedi 17 novembre 2018. Parmi eux : la reconduction du docteur Alioune Sarr à la tête du Comité national de gestion de la lutte (CNG) en même temps que d’autres sujets.

Le maintien du président du CNG à son poste pour deux années supplémentaires a été officialisé la veille par un arrêté ministériel. Mettant ainsi fin à une période marquée par un différend avec des acteurs de la lutte regroupés au sein du Collectif des lutteurs en activité.

Cette association avait notamment fait du départ de Sarr, à la tête de la structure depuis 25 ans, une revendication, finalement pas satisfaite par le ministre des Sports.

Cela a, sans doute, poussé Le Quotidien à afficher à sa Une : « Alioune Sarr gagne son combat ». Selon le journal, le président du CNG sort victorieux de ce combat contre le Collectif des lutteurs en activité et, « cerise sur gâteau, il garde son équipe, pour ne pas dire ses hommes », souligne la publication dans ses colonnes.

La même information est à la Une de L’Observateur qui évoque un « Nouveau visage de l’arène », avec l’arrivée d’anciens champions de la lutte avec frappe au sein de la structure dirigeante de la lutte sénégalaise.

Le journal cite notamment l’ex-Roi des Arènes, Yahya Diop, dit Yékini, Mohamed Ndaw, alias Tyson, et Mbaye Guèye, surnommé Tigre de Fass, une écurie de lutte dakaroise.

L’Observateur met également en lumière les « nouvelles lignes directrices » de la structure qui va se doter d’une commission juridique chargée de réfléchir sur les textes, alors que le règlement a été allégé avec en prime une baisse des sanctions pécuniaires.

Le journal Le Soleil est revenu sur la tournée économique du président de la République dans l’Est du pays, notamment dans la région de Tambacounda où il a procédé à l’inauguration de la route Tamba-Dialacoto et au lancement officiel de la deuxième phase de PROMOVILLE.

Il s’agit d’un programme de modernisation de cette localité qui va passer par le renforcement de son réseau routier, la mise en place d’infrastructures d’assainissement et l’amélioration de l’éclairage public.

Ces projets et nouvelles infrastructures visent à « Projeter Tamba dans l’émergence et le développement durable », souligne ainsi le quotidien à sa Une en citant le Chef de l’Etat.

La politique est également au menu de certains quotidiens, à l’image de Sud qui continue à s’intéresser aux implications politiques d’un avis rendu par le Comité des droits de l’homme des Nations-Unies recommandant à l’Etat du Sénégal de procéder à une révision de la condamnation à six ans de prison et à une amende de plus 130 milliards de francs Cfa du fils de l’ancien président Abdoulaye Wade par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

Pour le journal, Karim Wade, candidat déclaré du Parti démocratique sénégalais à l’élection présidentielle de février 2019, est en passe de devenir « une épine au pied du président Macky Sall ».

« Alors que le pouvoir pensait l’avoir disqualifié en rejetant son inscription sur les listes électorales et en le menaçant de contrainte par corps s’il revenait au Sénégal, voilà que son parti active ses réseaux pour servir à l’Etat une résolution du CDH de l’ONU. Et la polémique repart », indique le quotidien dakarois.

Walf Quotidien a également accordé la priorité à la politique en donnant la parole à l’architecte, Pierre Goudiaby dit Atépa, candidat déclaré à la présidentielle de février prochain sous le titre : « Goudiaby se lâche ».

« Les politiciens qui nous gouvernent ne font pas de la politique de développement. Ils n’ont pas la vision qu’il faut pour nous sortir de là où nous sommes. Une économie qui dépend de l’extérieur ne peut pas marcher », soutient-il dans des propos rapportés par le journal.

Enquête a préféré mettre un focus sur un sujet de société à travers un dossier consacré aux « parenthèses de folie meurtrière ». Pour le journal, le Sénégal vit des parenthèses de folie qui sont vite rangées aux oubliettes, sans que la moindre explication scientifique ou plausible ne soit donnée.

La publication évoque entre autres dans ses colonnes, « crimes passionnels, meurtres gratuits, enlèvement d’enfants, vol de sexe, sacrifices ou crises d’hystérie dans des écoles ».

La célébration dans la nuit de lundi à mardi prochain du Mawloud, naissance du prophète Mahomet (PSL), célébrée particulièrement dans les cités religieuses de Tivaouane (région de Thiès) et de Médina Baye dans le centre du pays intéresse particulièrement le journal L’AS qui souligne déjà une ferveur.

« Tivaouane est dans la fièvre des préparatifs du Gamou. Le dispositif organisationnel est déjà en place sous la supervision du Comité d’organisation au service du Khalife Ababacar Sy (COSKAS) », fait savoir le journal.

APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

deux × 1 =