Assemblée nationale : Awa Guèye regrette l’absentéisme de l’opposition

La Vice-Présidente à l’Assemblée nationale (An), Awa Guèye trouve regrettable « l’absentéisme des « Monsieur éthique » de l’opposition aux travaux de commissions. Dans un entretien accordé à DakarActu, elle ajoute que « le Pds n’est pas prêt et ne veut pas à aller aux élections ».

Le vote du budget de l’Etat du Sénégal démarre mercredi prochain. En attendant les députés rencontrent les départements ministériels en commissions techniques. Des travaux qui ne semblent pas intéresser certains membres de l’opposition toujours pressés de crier à l’éthique et qui bénéficient des moyens de l’Assemblée sans pour autant prendre part à ces travaux. Une situation que regrette Awa Gueye, Vice-Présidente à l’An qui indiqué par ailleurs que ces derniers attendent les séances plénières et la présence des journalistes pour se montrer. Elle a aussi sur la décision du Comité international des droits civils et politiques de l’Onu indiqué que juste des recommandations ont été données sans grande importance avant de noter que la seule chose qu’il faille retenir est que le PDS ne veut juste pas aller en élection.

Vous allez en plénière pour le vote du budget de l’État, les travaux en commission quels sont les acquis, les regrets ?

«Depuis plus de 15 jours, nous avons démarré nos travaux en commission technique d’abord, ensuite en commission des finances. C’était l’occasion pour nous d’apprécier le budget 2019, qui fait plus de 4 mille milliards FCfa. Avec un fort taux alloué à l’investissement pour satisfaire les problèmes d’infrastructures au Sénégal. Nous avons eu des débats assez intéressants qui ont porté sur la dette publique avec le ministre de l’Économie et des Finances et savons qu’il y a une gestion prudente de cette dette publique-là. Et sommes dans les normes fixées par l’Uemoa. Nous regrettons l’absence des grandes figures de l’opposition qui sont au niveau de l’Assemblée nationale. Parce que ce sont des gens qui crient à l’éthique, à la déontologie. Et sont en train de percevoir leurs salaires, d’utiliser les moyens de l’Assemblée nationale, mais on ne les voit pas au niveau de nos commissions. Alors que l’essentiel du travail à l’Assemblée se fait au niveau des commissions technique et finance. Maintenant, ils vont attendre les plénières, lorsque les télévisons et radios seront là, pour tympaniser les populations. Et quand il s’agit de débattre des sujets qui intéressent, ils ne sont pas présents. C’est dommage et regrettable ! Ils sont sur le terrain en train de chercher des parrainages, certains font une campagne anticipée. L’éthique leur recommande de venir d’abord faire ce pour quoi ils sont payés, avant de s’adonner à leurs propres intérêts. Il faudra voir quelles sanctions prendre pour ces grands absentéistes.»

Quel est votre point de vue sur la décision de l’ONU de casser le verdict Karim Wade ?

«Le Comité international des droits civils et politiques de l’Onu n’a pas donné de décision. Ce sont des constatations et il a donné des recommandations juridictionnelles. Le Sénégal n’a pas reçu des instructions dudit Comité pour refaire le procès de Karim Wade, afin de lever les sanctions. Le Pds fait dans l’intoxication, la manipulation et veut semer le doute dans la tête des Sénégalais, mais oublie que ces derniers sont avertis et très intelligents. Ce Comité-là n’est pas en mesure casser cette décision de justice. Les avocats de Karim, eux, ont bien compris cela. Libre donc au ministre de la Justice de tenir compte de ces recommandations, dans les délais fixés. La vérité, c’est que le Pds n’est pas prêt et ne veut pas à aller aux élections. Wade l’a dit : le Pds ne participera plus jamais à des élections organisées par Macky Sall. Il veut détruire les bases de notre démocratie et saper ses bases. Le président Macky Sall a toujours dit tant qu’il est à la tête de ce pays, force restera à la loi. Nous ne laisserons pas faire, le Pds nous trouvera sur le terrain politique. Avec des arguments à la hauteur des attaques.»

Et quid du fichier électoral  et la polémique animée par l’opposition ?

«L’opposition agite depuis quelque temps la mise à disposition du fichier électoral. Le Code électoral est très clair, nous sommes dans les délais. Le fichier doit être à tous les candidats au moins 15 jours avant les élections. J’apprécie la disponibilité du ministre de l’Intérieur, qui a donné l’occasion à l’opposition de venir elle-même auditer ce fichier et trancher le débat une fois pour toutes. La question du fichier est un faux-fuyant, parce que ce fichier a été audité par des experts indépendants de l’Union européenne et qui ont attesté de la fiabilité du fichier à hauteur de 98%. Il y a certes d’autres inscrits mais il n’y a aucune fraude. Le fichier a été mis en ligne. On ne peut leur remettre le fichier, susceptible de modification et de rectification d’erreurs. Eux sont disposés à faire cet audit. Et après cela, ce débat sur le fichier sera clos. L’opposition s’avoue vaincue d’avance, j’ai même entendu dire qu’il y a deux, voir trois fichiers. Cela dépasse l’entendement des Sénégalais. Qui ont toujours voté et connu des élections transparentes. S’il était possible de truquer ou de voler des élections, l’opposition n’allait pas gagner Dakar et Touba à plusieurs élections. Le Sénégal a dépassé l’heure où on vole des élections.»

Vous semblez beaucoup apprécier  Mariéme Faye Sall, la 1ére dame ?

Marième Faye Sall nous a offert une autre façon de percevoir les premières Dames. Par son humilité, sa discrétion, son humanisme et son engagement à prendre en charge les préoccupations des populations. Elle a toujours fait des actions sociales. Mais, elle n’en parle jamais. Cela est à apprécier. Faites le tour du pays, les gens vous interpellent et vous disent que c’est la première dame qui a payé mon loyer, c’est elle qui m’a aidé à me soigner, à évacuer mon fils, etc. Elle a humanisé la politique et le Palais. Et est une référence pour nous femmes qui faisons la politique. Marième Faye ne se querelle avec personne et ne dit du mal sur personne.»

DakarActu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq × cinq =