Guerre commerciale : L’Europe prête à riposter si les Etats-unis taxent le secteur automobile

European Commissioner for Trade Cecilia Malmstroem speaks during a media conference at EU headquarters in Brussels on Wednesday, March 7, 2018. The European Union will set out its strategy Wednesday on how to counter potential U.S. punitive tariffs on steel and aluminum. (AP Photo/Virginia Mayo)

L’Europe est prête à prendre des mesures de représailles si l’administration Trump venait à imposer des taxes supplémentaires sur le secteur automobile, a souligné mercredi la Commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström.

“L’Union européenne a une liste de taxes douanières prête si les Américains imposaient des taxes sur les voitures”, a-t-elle déclaré à l’issue d’une rencontre avec le représentant au Commerce Robert Lighthizer, à Washington. Elle a rappelé que les pays membres avaient “déjà souffert de taxes douanières sur l’acier et l’aluminium”.

“Nous pensons qu’elles sont totalement injustifiées (…) Nous avons imposé des mesures pour contrebalancer” ces taxes, a-t-elle déclaré. “Nous ferions de même si des taxes étaient imposées sur l’automobile”, a-t-elle insisté alors que le département du Commerce doit remettre prochainement à la Maison Blanche un rapport sur l’opportunité d’imposer ou non des taxes dans le secteur automobile.

L’Union européenne n’a “reçu aucune assurance” qu’elle serait exemptée de telles nouvelles taxes mais elle négocie en partant de ce postulat puisque que le président américain Donald Trump et le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s’étaient engagés fin juillet à ne pas imposer de tarifs douaniers supplémentaires tant que les discussions se poursuivent, a-t-elle toutefois nuancé.

Cecilia Malmström a par ailleurs indiqué qu’il n’y avait pour l’heure aucun calendrier de négociations. “Nous ne négocions pas vraiment avec les Américains”, a-t-elle d’ailleurs observé. “Nous discutons de la manière de faciliter les normes de régulation, ce qui est important pour identifier les secteurs” concernés, a-t-elle poursuivi, évoquant le secteur pharmaceutique ou les appareils médicaux.

Elle a répété par ailleurs que l’agriculture ne fera pas partie d’une négociation commerciale. Elle a enfin fait état de “progrès” dans les discussions avec Robert Lighthizer, qui, lui, a récemment notifié au Congrès la volonté de son administration de négocier un accord commercial avec l’UE. (Belga)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

4 + quatre =