Souleymane Ciss annonce une évaluation du plan d’aménagement touristique du village de Simal

Une mission d’évaluation du plan d’aménagement et de développement touristique durable, objet d’un « différend » entre la Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristique du Sénégal (Sapco) et les populations locales sera bientôt envoyé à Simal (Fimela). C’est ce qu’a annoncé le gouverneur de la région de Fatick, Souleymane Ciss.

« Cette mission d’évaluation sera conduite par le préfet du département de Fatick, Ndèye Guénard Mbodji, en rapport avec les services compétents en vue de produire un rapport définitif qui puisse nous éclairer davantage sur ce différend entre la Sapco et les populations de Simal », a expliqué M. Ciss.

Il s’exprimait mardi au cours d’un Comité régional de développement (Crd) sur le différend entre la Sapco et les populations de Simal au sujet du plan d’aménagement et de développement touristique durable.

Le gouverneur a expliqué que ce rapport « va clarifier les causes exactes de ce différend, les causes du rejet de ces projets, par les populations de Sima ».

Il permettra aussi de se faire une idée « de la faisabilité ou non de ce plan d’aménagement et de développement touristique durable prévu dans ce village sur une assiette foncière de 27 hectares », a ajouté, M. Ciss.

La Sapco a initié, depuis plusieurs années, un plan d’aménagement et de développement durable touristique évalué à plusieurs milliards de francs CFA dans le Sine.

Il cible une assiette foncière d’environ 500 hectares réparties entre les localités de Fatick, de Ndolette, de Mbelgor, de Sandi koly, de Toubacouta, de Missirah, Niodior, et de Simaal.

Venu prendre part à ce Crd, le chef du village de Simal a expliqué que les populations « n’ont pas été associées ».

« Les populations du village n’ont jamais été associées à l’élaboration dudit projet. Nous nous sommes réveillés un bon jour et avons vu des agents agissant au nom de la Sapco faire des délimitations sans même que nous soyons au courant de la nature de ce plan d’aménagement », a déploré Lang Mar.

« Elles n’ont pas ouvert cette page avec la Sapco, par conséquent, on ne ferme pas une page qu’on n’a pas ouverte », a-t-il ajouté devant les autorités administratives, les élus locaux, et des acteurs du secteur touristique de la région.

« D’autre part, a-t-il signalé, le village de Simaal est une presqu’ile qui a un territoire exigu, par conséquent ne dispose pas d’importantes réserves foncières ».

’’Et donc, les populations n’adhèrent pas au plan d’aménagement prévu par la Sapco sur les terres arables de leur localité’’, a insisté le chef du village de Simal.

Le gouverneur a indiqué qu’il ne tolérerait « aucune faute professionnelle », ajoutant qu’« il ne faudrait pas qu’on refuse de donner des parcelles à la Sapco et qu’on les attribue à des privés ».

« Nous ne tolérerons pas une telle approche, car a-t-il rappelé, la Sapco, vise un développement de la Nation, le tourisme fait partie des secteurs qui vont propulser le développement du Sénégal, résorber le chômage des jeunes dans l’intérêt général », a-t-il déclaré.

Le représentant des populations du quartier Ndiaye-Ndiaye de Fatick, Ousmane Ndione, a demandé à la Sapco « une contrepartie », dès lors que les propriétaires cèdent l’assiette foncière de 27 hectares.

« Si nous nous préoccupons de cette question, c’est parce que nous ne savons pas, à l’avenir, qui va profiter de ces aménagements touristiques prévus dans le temps sur une assiette foncière de 56 hectares », s’est interrogé M. Ndione.

Le directeur de la Sapco, Me Alioune Sow, s’est dit « convaincu » de « l’utilité » d’un dialogue sur certaines ’’zones d’ombre’’, mais aussi pour apporter des réponses aux préoccupations des populations.

Le nouveau délégué régional Zone centre de la Sapco, Pape Made Diouf, va organiser des séances de discussion avec les populations de « en vue de dépasser » ces préoccupations, a-t-il annoncé.

APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

15 + 16 =