Gabon : La présidence reconnaît la gravité de l’état de santé d’Ali Bongo

La présidence gabonaise a reconnu dimanche implicitement la gravité de l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba, hospitalisé à Ryad en affirmant qu’ »il est en phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques ».

Depuis son hospitalisation le 24 octobre à Ryad, l’état de santé du président Bongo « s’est sensiblement amélioré », a déclaré Ike Ngouini, ajoutant qu’il est « en phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques ».

Depuis son hospitalisation le 24 octobre à Ryad, l’état de santé du président Bongo « s’est sensiblement amélioré », a déclaré Ike Ngouoni, porte-parole de la présidence, ajoutant qu’il est « en phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques ».

Le porte-parole a cité le dernier bulletin médical des médecins qui le soignent à l’hôpital de Ryad.

« Les premières explorations ont permis de constater un saignement justifiant une prise en charge médico-chirurgicale en secteur hautement spécialisé où  » Ali Bongo « a subi des soins de supports appropriés et approfondis », selon ce bulletin.

« Selon l’équipe médicale », M. Bongo « amorce donc progressivement une phase de récupération physique très encourageante », selon Ike Ngouoni.

Une source étrangère proche du président Bongo a affirmé mercredi à l’AFP que le président gabonais « a eu un AVC » (accident vasculaire cérébral), cause de son hospitalisation.

« Le pronostic vital n’est plus engagé, il n’est plus sous respiration artificielle » et il se trouve toujours à Ryad, disait cette même source.

Le « chef de l’Etat continue d’exercer ses fonctions », précise le porte-parole de la présidence.

Le président Bongo n’a pas assisté dimanche à Paris aux cérémonies du centenaire de la fin de la première guerre mondiale, où il a été remplacé par son ministre des Affaires étrangères Régis Immongault, selon M. Ngouoni.

Au Gabon, l’absence d’informations sur l’état de santé du président et l’absence d’images alimente l’inquiétude et les rumeurs.

La dernière communication du porte-parole remonte au 28 octobre, où M. Ngouoni affirmait alors que le chef de l’Etat avait eu « un malaise » dû à une « fatigue sévère ».

Le précédent Omar Bongo

Selon le cadre d’une multinationale présente au Gabon, localement « les affaires n’ont pas stoppé, mais mes dirigeants à l’international doivent avoir un oeil sur le déroulement des événements ».

Les Gabonais ont en mémoire le black-out autour de la maladie du père d’Ali, le président Omar Bongo auquel il a succédé et qui, en 2009, gravement malade, avait été transféré à Barcelone.

Sa mort, annoncée publiquement le 8 juin 2009, avait été révélée la veille par un hebdomadaire français, mais démentie par le Premier ministre d’alors, Jean Eyeghe Ndong.

Ali Bongo est toujours officiellement attendu à Paris le 11 novembre à l’occasion du centenaire de la fin de la première guerre mondiale, selon une source diplomatique française.

Une possible vacance du pouvoir du président de la République doit être constatée par la Cour constitutionnelle, saisie par le gouvernement ou des bureaux du Parlement (Sénat et Assemblée nationale), selon la constitution gabonaise.

Le président du Sénat assure alors l’intérim jusqu’à l’organisation d’une élection présidentielle dans un délai maximum de 45 jours.

Mais en attendant, « personne ne sait ce qui se passe vraiment », selon un proche de la famille Bongo. « C’est comme dans un avion avant le crash », ajoute un militant du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir.

Un pouvoir aujourd’hui divisé autour de deux clans, selon un observateur politique.

« Un ‘clan des durs’ rassemble plusieurs généraux et conseilleurs autour de Frédéric Bongo, le frère du président et chef des services de renseignements. Il s’oppose au clan rassemblant le directeur de cabinet Brice Laccruche, la première dame et des membres du Mouvement des amis d’Ali Bongo Ondimba (Mogabo) », affirme-t-il.

Sans jamais citer le nom du président Bongo, l’opposant Jean Ping, candidat malheureux à la présidentielle de 2016 qui se proclame toujours « président élu », est sorti samedi de plusieurs mois de silence pour appeler au « rassemblement ».

Voaafrique avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq × quatre =