Le personnel de la SDE en visite à Tivaouane

Les préparatifs du gamou annuel de Tivaouane qui pointe à l’horizon vont bon train suffisant pour le directeur général et le Président du conseil d’administration (Pca) de la Sénégalaise des eaux (Sde) d’effectuer une visite dans la ville sainte le mardi 6 novembre 2018. Une qui pourrait aussi être un prétexte pour échanger avec le guide religieux sur l’affaire dite du marché d’affermage de l’hydraulique urbaine du Sénégal.

Mansour Kama et Abdoul Baal étaient, hier, les hôtes du Khalife général des tidianes. Dès leur arrivée, le Pca et le Dg de la Sénégalaise des eaux (Sde) ont été reçus par Serigne Mbaye Sy Mansour pour un entretien à huis-clos. Un entretien qui a duré plus d’une heure, loin des caméras qui n’ont eu droit qu’à des prises de vue avant de vider les lieux.

Aussi, rien n’a filtré de leur entretien en dehors de ce que le directeur a bien voulu confier à la presse au sortir de ce huis-clos. Réagissant à la question de savoir s’ils ont parlé de la volonté de l’Etat de confier la gestion de l’hydraulique urbaine au groupe français Suez, Abdoul Baal de faire savoir que si la question est de savoir si ledit groupe a été désigné pour le contrat, la réponse est jusqu’ici non. «Il ne s’agit que d’une adjudication provisoire. Aujourd’hui, nous, Sde, avons introduit un recours tel que le prévoit la loi. C’est un processus qui n’est pas terminé et nous sommes tous astreints à des clauses de confidentialité qui  ne nous autorisent pas à nous épancher sur la question», a déclaré le patron de la Sde. Qui regrette d’entendre, de temps à autre, quelques propos et attaques insidieux relatifs à la question  mais qui sont loin d’entamer leur sérénité.

«Nous sommes sereins et attendons la suite des évènements. Nous sommes absolument confiants et sûrs  que nous allons continuer à gérer l’eau au Sénégal comme nous l’avons toujours fait en relation avec l’Etat et la Sones», dit-il. Ont-ils  échangé avec le Khalife sur la question ? Le Dg de la Sde de simplement dire que le marabout est un homme très informé et que, en conséquence, il leur a posé un certain nombre de questions auxquelles ils ont eu à répondre dans le respect des clauses de confidentialité qui les astreignent mais en lui faisant savoir qu’ils font confiance au droit pour la suite des évènements.

Au-delà, s’agissant de l’approvisionnement correct de la cité religieuse en eau à l’occasion du Gamou, Abdoul Baal de dire la claire conscience qu’ils ont du fait que le succès de l’organisation d’un évènement aussi important nécessite suffisamment d’eau.

A ce titre, dit-il, les demandes habituelles sont aussi importantes qu’il faut suffisamment de points d’eau au niveau des sites d’hébergement. «Ces besoins étant estimés à, au moins, 800 branchements sociaux, nous avons retenu d’en faire 1 000 pendant la période du Maouloud en plus de 400 points d’eau et bornes fontaines de rue. Sans compter la mise à disposition de 70 camions citernes».

De même, dit-il, la Sde entend renforcer, avec des extensions de réseau  en relation avec la société de patrimoine, l’alimentation en eau des quartiers comme Pam et Cheikh Ahmed Tidiane qui connaissent des difficultés en termes d’approvisionnement. Tout comme, poursuit-il, dans le cadre de la Responsabilité sociale d’entreprise, toutes les maisons des grands marabouts seront renforcées en distribution et installations de points de stockage d’eau. L’objectif étant que personne ne souffre de manque d’eau durant toute la période du Gamou.

WalfQuotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

20 − 19 =