Pour Macky sall, le Magal de Touba commémore le retour en exil de Cheikh Ahmadou Bamba

Il ne se passe plus un moment sans une bourde ou glissade du président de la République, Macky Sall. En soutenant, sans hésitation ni scintillement d’yeux, que le Grand Magal de Touba commémore le retour en exil de Cheikh Ahmadou Bamba, il a torpillé l’histoire du mouridisme et étalé son ignorance. Une énième déclaration chaotique que Macky ne peut justifier par l’improvisation.

Sous d’autres cieux, le président Sall serait accusé, à juste titre, de révisionnisme. Une pratique qui a coûté la tête à de nombreux dirigeants tentés par la réécriture d’une histoire. Mais, puisque, visiblement, il n’a rien à gagner avec cette nouvelle acrobatie, vaudrait mieux la mettre sous le coup de l’ignorance. Une inculture d’autant plus manifeste qu’il n’est guère question d’un discours improvisé. C’est bien cramponné à son morceau de papier que le chef de l’Etat a affirmé autre chose que ce qui est connu par le Sénégalais lambda. Comment ont réagi les élèves qui ont entendu Macky Sall dire que le Grand Magal de Touba commémore le retour en exil de Cheikh Ahmadou Bamba ? Les plus « philosophes » d’entre eux diraient des mots à ne pas répéter ici. Car, si du côté des autorités de Touba, on a préféré laisser Macky Sall à ses propres turpitudes, ce qu’il a dit est tout de même très grave. Et, ce n’est pas la première fois que le leader de l’Alliance pour la république (Apr) se lourde aussi gravement.

Il a été souvent reproché au président Sall d’improviser des discours ponctués pas des mépris, des omissions et des fautes primaires de grammaire. Comme, au mois de septembre 2014, parlant du jeune guinéen atteint par Ebola, il lançait : «si ce n’était pas son état santé, il doit être poursuivi par les juridictions de notre pays». Ou, quand dernièrement, s’adressant à ses services, il leur demandait  « de ne plus prêter main forte à qui que ce soit pour venir  dépolluer les populations ».

Il n’est pas simplement question de lapsus ou d’erreurs. Ce qui est compréhensible et peut être pardonné. Seulement, Macky Sall et son entourage traînent des lacunes qui ont fini par faire le tour de la planète, égratignant du même coup l’image du Sénégal respecté aussi pour la perspicacité reconnue de ses fils. N’est pas Macky Sall Sall qui disait : « avec la colonisation française, nous avons eu des choses positives, notamment les élections. On a des relations particulières […] et ils ont toujours respecté les Sénégalais parce que le régiment des tirailleurs sénégalais était dans les casernes, ils avaient droit à des desserts pendant que d’autres africains n’en avaient pas ». Même si le professeur Ibra Der Thiam s’était dépêché de voler à secours, la bourde présidentielle avait fait le tour de la planète. Avant cela, Sommet USA-Afrique, au mois d’août 2014 aux Etats-Unis, il déclarait : « l’Afrique est un continent où la majorité des pays a eu son indépendance ça fait pas encore 20 ans; à commencer par le plus grand d’entre nous l’Afrique du Sud ». Avant d’ajouter : « Depuis quand l’Afrique a eu sa liberté et son indépendance ? Alors en moins de 20 ans on veut que le continent Africain soit au même rang mondial que les Etats Unis, l’Europe ? Ce n’est pas possible ».

Avec cette énième bourde, retransmise en directe, Makcy Sall met en exergue ses carences et révèle au grand jour l’inconsistance intellectuelle d’un entourage délesté de quelques-unes de ses plus illustres éminences.

WalfQuotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-neuf − 14 =