Malgré les menaces, les greffiers décrètent 72 heures de grève

Les menaces du ministre de Justice, Ismaël Madior Fall n’ébranlent pas le Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust). En effet, cela fait quinze jours que les cours et tribunaux connaissent une perturbation dans leur fonctionnement. Une première. Et ce n’est pas demain la veille que les travailleurs vont reprendre le chemin des juridictions car le Sytjust a décrété une nouvelle grève de 72 heures lundi 15 octobre 2018.

Le Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) a décrété une nouvelle grève de trois jours, à compter du lundi 15 octobre 2018. C’est le douzième jour de grève, ce mardi, une première dans le secteur considéré qui connait une perturbation depuis le début du mois. Une rencontre, la semaine dernière, entre les grévistes et la tutelle s’est soldée par un malentendu qui a poussé les greffiers et les corps assimilés affiliés au Sytjust à se radicaliser. Les revendications ne changent pas. Treize doléances sont sur la table des autorités. D’abord, le plan de carrière qui comporte huit points à satisfaire, à savoir : la «régularisation du régime indemnitaire des Administrateurs de greffe» (Adg) ; le «verrouillage de l’accès au corps des Adg exclusivement réservé aux greffiers par voie de concours professionnel» ; le «reversement des greffiers ayant une ancienneté de 10 ans ou plus dans le corps des Adg après une formation de 12 mois» ainsi que le «reclassement du corps des greffiers à la hiérarchie A3».

Dans le nouveau plan de carrière dont rêvent les greffiers et corps assimilés, figure le «relèvement jusqu’au niveau de la licence du diplôme exigible au concours d’entrée au Centre de formation judiciaire (Cfj), pour la formation menant à l’obtention du diplôme de greffier». Le niveau actuel requis est celui du baccalauréat. Il y a aussi l’«instauration d’un concours interne professionnel d’accès au corps des greffiers exclusivement réservés aux agents du ministère de la Justice». Et aussi la «création du corps de la hiérarchie B2 des assistants des greffes et parquets (Agp)». Ce qui devra permettre l’intégration des agents non fonctionnaires du ministère de la Justice dans le cadre particulier des fonctionnaires de la Justice. Enfin, l’instauration d’un concours interne professionnel d’accès au corps des Agp exclusivement réservés aux agents du ministère de la Justice est partie intégrante du nouveau plan de carrière des agents de l’Etat officiant dans le secteur justice.

Au chapitre des régimes indemnitaires, les membres du Sytjust veulent l’augmentation de l’indemnité de logement, la revalorisation indemnité participation judicature ainsi que l’octroi de prime d’assistance judiciaire à la frange des agents non judiciaires qui ne bénéficient d’aucune indemnité. Sur un autre registre, les greffiers et Cie réclament l’augmentation du fonds commun pour «réparer le préjudice du décret qui avait modifié les frais de nantissement». L’assiette foncière avec l’octroi de terrains pour amoindrir le coût de l’habitat social constitue l’ultime revendication des travailleurs du secteur considéré.

WalfQuotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

2 × 2 =