Francophonie : La rwandaise Louise Mushikiwabo favorite, Kigali retourne en giron francophone!

La Francophonie, réunie à Erevan, doit nommer à sa tête la Rwandaise Louise Mushikiwabo, soutenue Emmanuel Macron. Cette candidature contestée à cause des entorses du Rwanda aux droits de l’Homme consacre le retour de l’Afrique à la tête de l’OIF.

La désignation probable de la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, au poste de Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), va sans doute consacrer le retour de Kigali dans la famille francophone, alors que le pays avait dans un passé récent tourné le dos au français comme langue officielle au profit de l’anglais.

La grand-messe de la Francophonie doit porter à sa tête, vendredi 12 octobre à la fin du sommet, Louise Mushikiwabo, pour un mandat de quatre ans. La ministre rwandaise des Affaires étrangères a la voie libre depuis que le Canada a annoncé, avec le Québec, qu’il retirait son soutien à la secrétaire générale sortante, la Canadienne d’origine haïtienne Michaëlle Jean, qui briguait un nouveau mandat.

La nomination acquise de Louise Mushikiwabo consacre le “retour” de l’Afrique à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), qui avait toujours été dirigée par des Africains avant Michaëlle Jean, et entérine son rôle incontournable de locomotive de la Francophonie. “L’épicentre de la langue française est sans doute dans le bassin du fleuve Congo”, a ainsi répété le président français Emmanuel Macron.

En vertu de son explosion démographique, l’Afrique, continent sur lequel se trouvent 27 des 54 membres de l’OIF ayant droit de vote, représentera 85 % des francophones en 2050, sur un total de 700 millions, contre 274 aujourd’hui, selon l’OIF.

(KoldaNews Avec APS et F24)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

13 − quatre =