LOI DE FINANCES 2019: le budget du Sénégal gonfle à plus de 4000 milliards

Le Conseil des ministres d’hier a adopté le projet de budget initial de 2019. Celui- ci a été arrêté «à plus de 4000 milliards de francs Cfa» et fait la part belle à la réalisation des projets phares de la phase2 du Plan Sénégal émergent (Pse). La croissance devrait se situer autour de 6, 5% comme ces trois dernière années.

Pour 2019, les recettes et les dépenses publiques vont atteindre la barre symbolique des 4000 milliards, contre 3700 l’an passé. «A l’issue du débat général, le Conseil des ministres a adopté le projet de loi de finances initiale pour l’année 2019, arrêté à plus de 4.000 milliards de francs CFA», lit-on sur le communiqué, sanctionnant la réunion hebdomadaire du gouvernement à la Salle Bruno Diatta, en présence du chef de l’Etat.

La même source rapporte que, poursuivant sa communication autour des orientations majeures de la loi de finances 2019, le Président de la République indique que, comme pour les exercices précédents depuis 2014, le projet de budget 2019 s’inscrit, dans la stratégie globale du Plan Sénégal Emergent (PSE), articulée autour de la consolidation des performances économiques se traduisant par l’amélioration du niveau de vie des populations. «Dans cette perspective, le projet de Loi de finances initiale 2019 intègre les engagements pris par le Gouvernement du Sénégal et la poursuite des programmes phares du PSE, notamment le PUDC, le Programme des bourses de sécurité familiale, le PUMA, Promovilles , la déserte ferroviaire Dakar – AIBD, le projet de construction du stade olympique de 50 000 places, le programme spécial d’amélioration de l’alimentation en eau potable de Dakar (PSDAK), le fonds d’entreprenariat rapide pour les femmes et les jeunes ainsi que tous les projets et programmes d’équipement des forces de défense et de sécurité», souligne le communiqué.

Lequel, assure que le Chef de l’Etat indique que le Projet loi de finances initiale 2019 reste principalement marqué par « le renforcement de la transparence budgétaire et du contrôle parlementaire avec le rapatriement dans le budget de l’Etat de toutes les taxes parafiscales, une orientation des ressources budgétaires vers les dépenses sociales, une stratégie de maîtrise de l’endettement, d’assainissement des finances publiques et de consolidation du taux de croissance, ressorti à plus de 6,5 % consécutivement sur les 3 dernières années ».

En effet, pour l’année 2018, caractérisée par les travaux d’élaboration du Plan d’Actions Prioritaires (PAP 2019 – 2023) de la phase II du PSE, des résultat probants et significatifs ont été enregistrés au cours de la première phase du PSE, suite à la mise en œuvre de projets et réformes», indique le document.

( M.SARR avec Toutinfo.net )

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

16 + cinq =