ADOPTION DES PROJETS DE DECRETS: Le sytjust menace de paralyser la Justice

Le  retard accusé par le gouvernement dans l’adoption des projets de décrets pour engager les réformes en vue de prendre en charge les revendications des travailleurs de la justice a mis dans tous ses états le syndicat des travailleurs de la justice (sytjust). Las du dilatoire exercé par le pouvoir, le sytjust menace de paralyser le fonctionnement de la Justice dans les prochains jours.

Me Ayé Boun Malick Diop et ses camarades du Sytjust menacent de paralyser le Temple de Thémis, dès la semaine prochaine. Cependant, ils ont décidé de rester à l’écoute de la Chancellerie cette semaine. Passé ce délai, ils vont décréter un mot d’ordre de cessation collective de travail dans les cours et tribunaux et dans l’administration centrale de la Justice. En effet, ils accusent le gouvernement d’être le seul responsable du dysfonctionnement en vue, faute d’avoir appliqué les directives du président de la République, Macky Sall, lors de l’audience accordée au Bureau exécutif national (Ben) du Sytjust, le 5 avril 2018.

Lors de cette rencontre à laquelle avaient pris part le ministre de la Justice, Ismaëla Madior Fall et le ministre du Budget Birima Mangara, le chef de l’Etat avait promis de prendre en charge les doléances des travailleurs de la Justice. «Cette décision traduit une crispation fortement ressentie par les travailleurs de la Justice qui ont fait preuve de patience et de responsabilité sans voir jusqu’à présent l’effectivité de l’engagement et de la volonté politique sans équivoque manifestés par le président de la République», martèle Me Ayé Boun Malick Diop.

En effet, dans un communiqué parvenu à «L’As», le Secrétaire général du Sytjust soutient que les projets de décrets devant porter les réformes attendues par les travailleurs de la Justice sont finalisés et disponibles depuis longtemps et n’attendent que leur portage, par les ministres concernés, à la signature du président de la République. C’est cette léthargie de la tutelle qui a courroucé Me Ayé Boun Malick Diop et Cie. Ces derniers consièrent que le gouvernement n’a donné aucune suite pour dili- genter les instructions du Chef de l’Etat. « Ce blocage injustifiable persiste, malgré les multiples efforts de sensibilisation consentis par le Sytjust au plus haut niveau des autorités. A l’analyse et au constat, il y a un manque d’initiative qui frise une absence de volonté de la part des membres du gouvernement impliqués dans la mise en œuvre et la matérialisation des louables intentions que le président de la République nourrit à l’endroit des préoccupations des travailleurs de la Justice. C’est le récurrent problème de suivi auquel les syndicats sont confrontés lors des négociations avec le gouvernement», se désole Me Ayé Boun Malick Diop.

Pour autant, le patron du Sytjust ne manque pas de rappeler que son syndicat a toujours démontré sa préférence pour un dialogue apaisé. Toutefois, souligne-t-il, le Sytjust ne saurait s’accommoder d’un attentisme qui porte gravement atteinte aux intérêts matériels et moraux de ses militants.  (L’AS)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatre + quinze =