Succession de Khalifa Sall : les Khalifistes ne parlent plus le même langage

Un dialogue de sourds entre les protégés de l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, révoqué par le président de la République. Et pour cause, sa succession à la tête de la mairie de la capitale sénégalaise.

Qui va succéder Khalifa sall à la tête de la mairie de dakar ? La confusion s’est installée dans le camp de la coalition «Taxawu dakar» qui demeure pourtant majoritaire à la ville. Si Banda diop soutient avoir reçu la bénédiction de Khalifa Ababacar sall pour diriger la mairie de la capitale, Moussa Taye a aussitôt réagi pour démentir catégoriquement cette thèse de l’édile de la patte d’oie.

Ce n’est plus le grand amour entre certains Khalifistes depuis la révocation du maire de la capitale par le Président Macky Sall. Pis, la confusion s’est installée dans les rangs de «Taxawu Dakar», coalition qui a porté Khalifa Ababacar Sall à la tête de Ville de Dakar. A l’origine de cette fraction, la participation du maire de la Patte d’Oie, Banda Diop, candidat à la succession de Khalifa Sall, à une rencontre présidée par le Secrétaire général du Parti socialiste (PS), Ousmane Tanor Dieng et au cours de laquelle on discutait de la succession du premier magistrat de la capitale. Après cet épisode qui a suscité moult commentaires et secoué le landerneau politique, Banda Diop est revenu à la charge hier, dans un post sur sa page Facebook, où il informe avoir reçu la bénédiction de Khalifa Sall dans son ambition de le suppléer à la tête de la Ville de Dakar. «J’ai rencontré et échangé avec mon grand frère et ami Khalifa Sall, figure emblématique de la coalition «Taxawu Dakar», le lundi 17 septembre dernier. La Ville de Dakar et sa politique municipale étaient au cœur de nos discussions franches et constructives. L’ambition de le suppléer réaffirmée, je le remercie des prières et encouragements formulés à mon endroit en attendant la fin de cette épreuve», a écrit Banda Diop sur sa page Facebook.

Cependant, il faut souligner que dans son désir d’occuper le fauteuil de la Ville de Dakar, le maire de la Patte d’Oie ne doit pas compter sur le soutien et l’adhésion d’une bonne partie de l’état-major politique de Khalifa Ababacar Sall. En tout cas, sa sortie n’est pas du goût du Conseiller politique de Khalifa Ababacar Sall, Moussa Taye. D’autant que dans un communiqué parvenu à «L’As», l’ancien patron de Vision Socialiste dément toute information selon laquelle le célèbre pensionnaire de la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss aurait béni la candidature de Banda Diop au poste de maire de la Ville. «Il s’agit d’une fausse information qui vise manifestement à semer la discorde au sein du Conseil municipal afin d’exécuter le plan de détournement du vote des Dakarois élaboré par le pouvoir en place», clame-t-il. Toujours dans la note signée par Moussa Taye, il est indiqué que l’ancien ministre du Commerce sous Diouf, qui compte saisir la Cour Suprême d’un recours en annulation contre le «décret illégal de révocation», n’a apporté ni sa bénédiction ni son soutien à la candidature de Banda Diop. «Comme par le passé, Monsieur Khalifa Ababacar Sall exhorte les conseillers municipaux, de toutes obédiences politiques, à faire preuve d’engagement et de dévouement au service de Dakar et de ses populations, lit- on en définitive dans le commu- niqué parvenu à «L’As».

D’ores et déjà, force est de constater que cette situation n’avantage en rien Khalifa Sall qui, au-delà de perdre son statut d’édile, risque d’assister à l’effritement de son état-major politique. Ce qui ne ferait que l’affaiblir davantage ; surtout que l’enjeu consiste désormais pour lui de participer à l’élection présidentielle de 2019. Il demeure toujours présidentiable en attendant la fin de la procédure judiciaire dans l’affaire de la Caisse d’avance de la Ville de Dakar. Pour l’heure, Khalifa Sall a saisi la Cour Suprême après le procès en appel qui a confirmé sa condamnation à cinq ans de prison ferme et 5 millions de francs CFA d’amende pour faux et usage de faux en écriture de commerce, de faux et usage de faux dans des documents administratifs et d’escroquerie sur les deniers publics.

Toutinfo.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatre × 4 =