INFRASTRUCTURES SPORTIVES A KOLDA : seule la capitale régionale est servie

0

La région de Kolda reste un désert, en matière d’infrastructures sportives. Seule la capitale régionale en bénéficie. Sinon, le reste est constitué d’aires de jeu surannées.

L’image parle d’elle-même. De jeunes garçons chatouillent un ballon usé sur un terrain vague de Kolda. “Nous nous plaignons, dans cette région reculée, de l’absence d’infrastructures indispensables pour exercer notre passion permettant de faire éclore notre talent”, se désolent Mamadou Baldé, Ali Diao et leurs amis. A Kolda, c’est cette réalité que vivent les sportifs. Avec le seul stade régional existant et inaccessible, les jeunes investissent les petits espaces, les rues, les jardins, les parkings et tout ce qui ressemble à un terrain pour jouer au basket, au handball, au volley-ball… Selon eux, l’explication réside dans le fait que ni l’État ni les promoteurs immobiliers, encore moins les élus locaux n’avaient prévu la construction d’aires de jeu dans les projets de lotissement.

Le constat est très amer. Mamadou Sagna (entraineur de basket), Sinthiou Moulèle Pam (président du Fouladou volley-ball club) et Waly Diatta (secrétaire général de Kolda handball club) interpellent ainsi les responsables et les décideurs locaux sur “la nécessité de construire et d’équiper des salles de sport et stades afin de sauver de la dérive les jeunes de la région et leur permettre de réaliser des résultats qui honoreraient leur ville et leur pays”.

L’absence d’infrastructures sportives ne touche pas seulement les passionnés de football. Toutes les disciplines en souffrent. Seule la commune de Kolda est dotée de cadres pratiques, notamment un stade régional construit grâce à la coopération chinoise et cinq plateaux multifonctionnels réalisés dans le cadre du programme “Indépendance 2006”. “C’est une offre d’infrastructures extraordinaires. Car, sur ces plateaux multifonctionnels, nous avons des tribunes, des vestiaires, un terrain de basket, de handball, de volley-ball”, se réjouit l’inspecteur régional des sports Amadou Lamine Soumaré.

Les athlètes ont aussi une piste, fruit d’un combat des jeunes du Fouladou. Aussi, selon les confidences d’une autorité administrative préférant garder l’anonymat, le plateau multifonctionnel de Saré Moussa de la commune de Kolda a coûté 120 millions de francs Cfa à l’Etat du Sénégal. Il n’empêche que les acteurs du sport réclament un second stade municipal et de salles pour les arts martiaux. Mais un sérieux problème d’entretien des locaux se pose avec acuité.

Selon Mamadou Sagna, Sinthiou M. Pam et Waly Diatta, ces cinq centres multifonctionnels sont devenus des bergeries. Conséquence : ils sont en ruine. Ils déplorent le fait que leur gestion soit confiée à des délégués de quartier et à des agents de la municipalité. Ce que rejette le secrétaire général de la commune de Kolda. “La mairie ne gère rien”, a soutenu Ibrahima Diao.

EMMANUEL BOUBA YANGA

(Source EnQuête)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here