mercredi, avril 24, 2024

Pakour (Vélingara) : Les populations du Kayanga contre l’implantation d’une bananeraie

Ne ratez pas!

La commune de Pakour est au sud du département de Vélingara, qui est frontalier à 3 pays que sont la Gambie et les deux Guinées. Les populations riveraines du fleuve kayanga s’insurgent contre l’exploitation abusive de leur foret et l’implantation d’une bananeraie de 1000 ha à un promoteur.

 A Diaocounda, le collectif des villages riverains du fleuve Kayanga que sont Sinthiang Fally,Saré Yéro Diao, Saalya, Manato, Thiéwy Bessy Samba, Sionthiang Téning, Sinthiang Madia, Anambé Couta, pour ne citer que ceux là,a vivement réagi face aux engins du promoteur Mamadou Sall qui ont voulu entamer les travaux de défrichage et de plantations d’une bananeraie de 1000 ha dans leurs localités.

Une marée humaine,hommes et femmes, jeunes et vieux ont tous bravé la canicule pour s’ériger en défenseurs de leur foret. Si déterminés,ils ont subitement interdits aux exploitants de fouler leur sol. Et pour le porte parole du jour, Abdourahmane Baldé, l’octroi de 1000 ha à un promoteur ne fera que dégrader leurs conditions d’existence. Car, dit il une dizaine de villages n’aura accès au fleuve ,leur unique source de vie. Avec, cette eau,  ils y parviennent à pécher du poisson pour subvenir à leurs besoins, à faire du maraîchage, de la riziculture et à abreuver leur bétail. 1500 personnes affectées par cette implantation de bananeraie n’aura pas de champs de production et 2500 têtes de bœufs ne pourront accéder au fleuve.

Très en verve, il a vertement critiqué le conseil municipal en l’accusant d’un octroi illégal. Pour l’heure, ils demandent à ce que les travaux arrêtent sur le coup s’ils ne veulent pas qu’il y ait mort d’homme. Prêts  en découdre avec eux, hier matin, ils ont opposé un niet catégorique. Ces derniers, pour éviter le pire ont vite rebroussé chemin en attendant de voir plus clair.

Selon notre interlocuteur, si le projet n’est pas renoncé, les autorités et le promoteur vont marcher sur leurs cadavres avant la réalisation de ce grand chantier qui compte lutter efficacement dans la zone contre la sous-alimentation, le sous-emploi, l’émigration clandestine etc. Le promoteur Mamadou Oumar Sall, serein face à la tournure des événements se dit très ouvert au dialogue mais ne renoncera jamais à son projet.Toutes les démarches administratives ont été effectuées légalement.Il compte poursuivre son ambition tant que l’Etat ne s’y opposera pas.Et c’est le conseil municipal qui a m’a octroyé cette superficie, dit il.

Quant au maire Diarga Sané, la terre est du domaine National. Les populations doivent rester calmes et profiter des avantages du projet. Mais pas essayer de contrer une telle opportunité. Dans la mesure où les Eaux et Forêts, l’élevage, le Directeur régional de l’agriculture, le Gouverneur de la région de Kolda, tous, ont été tous impliqués des procédures, il lance un appel à ses gens, tapis dans l’ombre qui veulent semer l’anarchie de voir les réalités en face et de se conformer aux lois établies.

Ce projet n’impactera nulle part les parcours de bétail et l’accès au Fleuve, a-t-il  persisté. Ils ont déjà effectué les opérations techniques et il faut que les populations laissent le promoteur travailler sa superficie qui a été légalement affectée par la municipalité pour usage de plantations de bananeraie. La tension a été vive ce Mardi 27 Mars sur le long du fleuve kayanga et plus précisément à Diaocounda où les populations étaient prêtes à affronter les exploitants qui à leur tour ont tout bonnement ranger leur matériel et rebrousser chemin en attendant qu’une solution définitive soit trouvée dans cette zone.

L’histoire nous en dira plus car le Promoteur est décidé à réaliser son projet de bananeraie le long du fleuve Kayanga. Affaire à suivre… (ELS via Setal)

Articles récents

Israël se prépare à déplacer les civils vers la ville proche de Khan Younès

Selon des responsables égyptiens, cités par le Wall Street Journal, Israël se prépare à déplacer les civils vers la...

Notre sélection pour vous